Un âge pour apprendre à lire

Un âge pour apprendre à lire ?

 

Officiellement, l'école " enseigne la lecture au CP, à 6 ans si l'enfant est à l'heure ". Quelle exactitude ! Et avant, c'est interdit ? c'est impossible ?

 

Demandons‑nous s'il y a un moment précis pour apprendre à parler. La réponse est non, bien sûr. L'enfant ‑ le bébé d'abord ‑ chaque jour, durant des mois, des années, en maintes occasions, essaie de communiquer avec tous ceux qui l'entourent. Parce qu'il a besoin de boire, de manger, de s'amuser, d'être consolé, de savoir, de comprendre... D'erreurs en corrections et réussites, il progresse plus ou moins vite. C'est long, un apprentissage.

 

Pourquoi apprendre à lire et à écrire ne procéderait‑il pas d'une semblable démarche ? C'est toujours pour répondre à des besoins que naissent des tentatives, maladroites souvent, des essais recommencés, soutenus par l'entourage : la famille, l'école. Toujours aussi long cet autre apprentissage. Il s'étale sur des années, bien avant le C.P. et encore après. Langue orale, langue écrite, c'est en vivant que chacun s'approprie leur spécificité. Je veux dire quand l'occasion se présente, que la nécessité s'impose.

 

Nous avons demandé à Cécile Dumas, institutrice en Grande section de maternelle, de bien vouloir nous indiquer comment elle aidait les enfants de sa classe à rencontrer l'écrit dans sa diversité. Comment, peu à peu, dans leur approche des textes, ces petits bouts d'hommes et de femmes apprennent à devenir lecteurs ou lectrices.

 

Vous lirez, dans les pages suivantes, une étape de ce long, difficile et passionnant parcours pour maîtriser le lire/écrire.

 

Pierre Badiou

***

 

EXPLORER L’ECRIT EN GRANDE SECTION MATERNELLE

 

Comment l'enfant de 5 ans entre-t-il dans la langue écrite ?

 

Depuis son plus jeune âge l'enfant est confronté au monde de l'écrit, à la télé, sur le paquet de gâteaux, sur les panneaux... C'est notre rôle, à l'école, de l'amener à en prendre conscience.

 

Quels supports écrits utilisez‑vous?

 

Je travaille avec les enfants autour des divers. écrits sociaux : les publicités, les affiches... Ils sont amenés à répertorier, classer, acquérir le vocabulaire ( revues, catalogues…) et donc à comprendre le fonctionnement de la langue écrite et son utilité.

 

Plusieurs compétences s'exercent comme la maîtrise de la langue, l'enrichissement du vocabulaire ou encore la consolidation de la syntaxe,

 

Nous utilisons ce qu'on appelle les écrits fonctionnels, qui font partie de notre vie quotidienne, comme les recettes de cuisine, les modes d'emploi, les listes...

 

Nous avons également dans notre classe un cahier de vie, qui, à mon sens, a pour rôle essentiel de déscolariser l'écrit, de faire vivre l'écrit à la maison.

 

Je remarque que de nombreux albums sont disponibles dans votre classe pour les enfants…

 

Il me paraît important de noter qu'à travers ces albums on trouve de « véritables écrits » , c'est‑à‑dire qui concernent l'enfant et ses préoccupations, contrairement à de nombreux manuels écrits exclusivement dans une intention purement pédagogique. Pour que l'enfant puisse s'investir dans un texte, il est essentiel qu'il se sente concerné, qu'il se questionne, qu'il réagisse pour pouvoir faire du sens. La littérature jeunesse offre une multitude d'écrits qui correspondent à ses interrogations, ses préoccupations.

 

Comment abordez‑vous une histoire, un album avec les enfants ?

 

A l'aide d'un album, on explore d'abord la page de couverture, l'illustration ; on va s'interroger sur un éventuel contenu : quels sont les personnages, que va-t‑il se passer , où sommes‑nous ?.... Puis de page en page, on vérifie, on prend des indices, on fait et refait des hypothèses, on retourne en arrière, on se sert de nos erreurs. Il s'agit d'un travail en groupe avec de nombreux échanges et interactions.

 

Pour avoir assisté à quelques séances dans votre classe, j'ai été surprise par la participation active des enfants au sein des groupes.

 

Je veux que face à un écrit, les enfants acquièrent un comportement de lecteur, c'est‑à‑dire qu'ils se questionnent, qu'ils comprennent les intentions de l'auteur, qu'ils se repèrent dans la multitude des écrits, qu'il puissent à leur tour construire un nouvel écrit.

 

Les enfants s'habituent progressivement au fonctionnement de la langue écrite, à ses contraintes. Ils se familiarisent avec les indices textuels, la mise en page, la ponctuation selon le type d'écrit. C'est grâce à tous ces indices que l'enfant se repère et fait du sens dans la diversité de la langue écrite .

 

Quel intérêt également de conduire un projet global sur l'année, avec un thème par exemple ?

 

Il s'agit d'abord d'un travail en réseau par le biais de la littérature jeunesse, c'est‑à‑dire avec des points communs aux différents albums abordés. De nombreux réseaux sont possibles, les thèmes communs à différents ouvrages, les livres du même auteur, les livres qui exposent différents points de vue... Les enfants recherchent alors les points communs et les divergences à l'intérieur d'un même support (ex : l'album) et exercent leur esprit de synthèse.

 

Dans le cadre de la Semaine du Livre et de la Lecture, nous travaillons en effet selon un thème chaque année. Cette année nous traitons le thème du Jeu en croisant plusieurs pratiques culturelles : l'image avec les livres de la collection Zoom Rezoom, la peinture avec la présentation d’œuvres autour du jeu, le langage oral avec la publicité, le théâtre par la mise en scène d'un album et une initiation au jeu d'échecs avec tout le travail mathématique autour des déplacements, du repérage dans l'espace...

 

Ce travail autour d'un thème chaque année me permet de varier mon enseignement.

 

Quelles autres activités autour de la lecture au sein de votre classe ?

 

Par le biais de la Semaine du Livre et de la Lecture, nous rencontrons chaque année un professionnel, souvent un auteur­ illustrateur. L'année dernière, ce fut Sylvie Auzary‑Luton et nous recevrons fin mars prochain Zazie Sazonoff.

 

Nous nous rendons une fois par semaine à la Médiathèque pour une animation avec une bibliothécaire et aussi emprunter de nouveaux livres . Enfin nous profitons d'un temps d'entraînement à la lecture avec le logiciel ELMO dans les locaux de Brioude Ville Lecture.

 

De nombreux parents sont inquiets et se demandent comment aider leur enfant à devenir lecteur, avez‑vous des conseils ?

 

La lecture permet de riches échanges entre un enfant et ses parents, des moments privilégiés, à condition de ne pas systématiquement vouloir jouer les pédagogues. Je ne veux surtout pas remettre l'exclusivité de l'apprentissage de la lecture aux enseignants, mais simplement simplement insister sur la notion de plaisir que l'enfant doit éprouver dans un tel échange.

 

Il ne faut surtout pas que le temps de lecture le soir devienne une source de conflit mais reste un moment de détente.

 

L'enfant a besoin de sentir que l'écrit intéresse, qu'il fait partie de notre vie familiale ‑, il faut valoriser l'écrit à la maison.

 

Et le projet classe lecture ?

 

C'est un dispositif original dont les enfants bénéficient en milieu d'année. Ils sont plongés tous les matins dans un « bain d'écrits » et évoluent autour des divers ateliers : l'atelier BCD et la découverte d'albums, de documentaires ; l'atelier informatique avec Elmo Inter et ses exercices pour apprendre à lire ; l'atelier lecture et l'exploration d'un nouveau livre avec la maîtresse, et enfin la rédaction du journal où chacun exprime ses opinions quant au séjour, fait part de ses ressentis, de ce qui va, ce qui ne va pas...

 

Pourquoi un tel dispositif en pension complète ?

 

La pension complète représente un avantage majeur de la classe lecture. Cette coupure de 5 jours amène l'enfant vers la conquête de l'autonomie qui lui est essentielle aussi bien pour son développement psychique que pour aborder la lecture dans de bonnes conditions.

 

Quels autres avantages d'un tel séjour pour les enfants ?

 

Les journées sont riches, on l'a vu, en ce qui concerne les matinées, quant aux après‑midis, les enfants participent à des activités culturelles et sportives telles que la découverte du milieu, en l'occurrence la forêt, la randonnée, le théâtre ou encore le cirque. La diversité des rencontres est aussi importante (le personnel encadrant, les intervenants, les auteurs..).

 

Le séjour est vraiment centré sur les multiples occasions d'utiliser l'écrit : la liste du matériel nécessaire, le numéro des chambres, les menus, le planning de la journée...

 

L'essentiel est que les enfants soient réellement au cœur du projet et en soient les principaux acteurs. Et il importe de souligner que ces actions autour de la lecture reposent sur l'engagement des autres enseignantes ; c'est un travail au sein de l'école où cette approche de l'écrit est partagée par toute l'équipe enseignante.

 

Propos recueillis par Muriel

***

 

Quelques histoires de lecture racontées par de jeunes enfants lors d’un stage organisé par Brioude-Ville-Lecture dans un centre d’accueil verdoyant des environs de Brioude (Haute-Loire)

 

La nouvelle histoire

 

Hier, nous avons commencé à travailler sur une nouvelle histoire qui parle d'un chat et d'une souris. Le chat est gros et orange, il veut jouer avec la petite souris. Il lui dit « viens jouer avec moi petite souris ! » La petite souris va au marché avec sa maman et ne peut donc pas jouer avec le chat.

 

Demain, le chat va sûrement revenir la chercher et elle va jouer avec lui, mais peut‑être qu'elle a aussi un peu peur du chat.

 

Marie, Chloé, Antoine Mathieu, Jean avec l'aide de Cécile.

 

En classe lecture On aime: ‑ les livres ‑ les animateurs ‑ dormir ‑ écrire le journal ‑ la récréation dans la forêt ‑ jouer dehors ‑ ce qu'on fait avec Jean‑Marie.

 

En classe lecture, on n'aime pas: ‑ manger de la soupe de légumes ‑ manger de la salade ‑ manger des yaourts aux fruits ‑ que les enfants crient ‑ que les copains nous réveillent la nuit en allant faire pipi. On trouve dur d'avoir à lire, et parfois à l'ordinateur nos réponses sont fausses. Il est difficile de savoir dans quel atelier on doit aller.

 

Fiona, A olline, Alexandre, Marine avec l'aide de Cécile. p

 

Encore une histoire de chat et de souris !

Hier, la maîtresse nous a raconté une histoire. Moustagache et la souris étaient amis. Ils avaient fait des provisions pour l'hiver, mais le chat était gourmand. Il a menti et a mangé tout le petit pot de beurre. La souris n'était pas contente et ils se sont fâchés. "Encore un mot et c'est toi que je vais manger" a dit le chat. Cette histoire nous a plu, BEAUCOUP!

 

Marine, Chloé, Antoine Mathieu, Jean avec l'aide de Cécile.

 

Les cabanes

 

Dans la forêt, on a ramassé des bâtons, de la mousse pour faire des cabanes pour les souris. On a fait des pièges pour le chat, et on a vu des traces de chat...

 

Et ça nous a aussi plu parce qu'on aime bien faire des cabanes.

 

Manon, Clément, Anthony et Antoine avec l'aide de Maxime.

***

 

Pour tous renseignements :

Hôtel de Ville 43 100 BRIOUDE

Tél fax 04 71 74 95 03

E‑mail bvl3@wanadoo.fr

Site web : http://www.bvl.auvergne‑internet.com

retour à la page d'accueil