DECLIC/93 septembre 2000

PROJET DE FONCTIONNEMENT
POUR L¹ UNITE PEDAGOGIQUE EXPÉRIMENTALE
(Jean Jaurès)
A MONTREUIL (93)


1. Présentation de l¹association DECLIC
2. Principes d¹une pédagogie active
3. Les regroupements pédagogiques des élèves
4. Emploi du temps hebdomadaire
5. Organisation générale annuelle
6. Vie quotidienne des élèves
7. Evaluation des élèves
8. Les avantages d¹une pédagogie citoyenne
9. L¹équipe éducative


1. Présentation de l¹association

1. 1 L¹association
L¹association Declic, créée par Marie-Laure Viaud en 1996, est une association nationale, qui regroupe des enseignants, des parents d¹élèves et des citoyens soucieux du devenir de l¹Education Nationale. Elle s¹est donné pour but de contribuer à l¹émergence d¹établissements scolaires publics primaires et secondaires fonctionnants dans le cadre défini par les pédagogies expérimentales. (Freinet, Pédagogie Institutionnelle). L¹association DECLIC est en lien étroit avec l¹Institut Coopératif de l¹Ecole Moderne, (ICEM) association pédagogique Freinet.

1. 2 Pourquoi faut-il des établissements innovants aujourd¹hui ?
Cette question nous préoccupe tous. Tous les membres des organisations pédagogiques et des centaines d'autres enseignants essaient chaque jour de modifier leurs pratiques et d'adapter leurs méthodes. Mais, alors qu'en élémentaire, en maternelle, il est possible de se retrouver dans les mêmes établissements, de fonctionner différemment avec son groupe d'élèves, même de manière isolée (quoique ce ne soit pas toujours simple...), dans les collèges et les lycées, l'emploi du temps haché par les sonneries chaque heure, l'intervention de nombreux enseignants pour chaque groupe classe, l'absence de réunions d'équipe rendent la tâche impossible aux collègues du secondaire.
Il faut promouvoir la pédagogie active, la construction des apprentissages par la participation des élèves à des projets cohérents, l'auto-socio-construction du savoir, bref tous ce qui permet de faire des années secondaire autre chose que des années vides de sens, conduisant au mieux à l'ennui, au pire à la violence.

Le seul moyen de cette promotion, en lien avec les IUFM, les universités, l'INRP, c'est l'émergence de lieux d'action pour les pédagogies actives. Lieux où, mises en pratique, interrogées, agies, avec des enseignants formés dans les mouvements pédagogiques, volontaires pour l'expérience, acquis au travail d'équipe, les pédagogies actives pourraient apporter des réflexions, des réponses aux questions de la scolarisation de masse des enfants de différents horizons dans les mêmes établissements.

Ces lieux pourraient participer activement à la formation de jeunes enseignants, de manière à essaimer par l'interrogation des pratiques in-situ, -ce qui est bien plus favorable que le discours- à l'émergence de projets actifs et de pratiques collectives.

Il n'y a pas d'opposition, ni de concurrence avec tous ceux qui, dans leur établissement banal, tentent avec opiniâtreté de faire bouger les choses, au contraire ! Tous les enseignants qui se battent pour l'ouverture d'un établissement innovant ont participé à de nombreux processus (parcours croisés, TPE, Inovalo,....) et ont fait l'analyse des limites de ces actions, faute de relais, de pôles d'appui pour aller plus loin.

1. 3.Quels sont nos objectifs ?

- UNE EDUCATION ORIENTEE VERS DES PRATIQUES CITOYENNES
Une nouvelle conception de la citoyenneté et les exigences du monde de demain nécessitent des compétences nouvelles: sens de l¹initiative et des responsabilités, autonomie, aptitude à communiquer.
Nous voulons favoriser les valeurs d¹estime de soi et des autres et la participation à la vie collective afin de permettre à tous de trouver un équilibre entre l¹intégration à la société et l¹épanouissement personnel.
- REPONDRE A LA VIOLENCE ET A L¹APATHIE SCOLAIRE
En considérant l¹élève comme acteur de sa vie, il apprend à faire des choix, à developper son esprit critique, argumenter, négocier, afin de construire son projet personnel et professionnel.
Par l¹insertion dans une structure participative qui donne place à la personnalité globale des adolescents.
Par un travail de concertation entre les co-éducateurs: une équipe pédagogique motivée capable de s¹adapter aux besoins.
Par la mise en place de situations d¹apprentissages réelles et par une relation dynamique avec les acteurs du quartier.
- EVEILLER LES ELEVES AU PLAISIR DE LA CONNAISSANCE
En suscitant une participation active aux différents apprentissages, dans un collège-lycée qui serait non seulement un lieu d¹apprentissage des savoirs, mais aussi un lieu de vie, de création, d¹échange, pour tous.

C¹est donc pour nous une nouvelle manière de mettre en oeuvre les programmes officiels de l¹Education Nationale, avec des objectifs plus ambitieux que la stricte réussite aux examens.

1. 4 .Lieux d¹implantation
Le projet d¹installation d¹une Unité Pédagogique Expérimentale à Montreuil est un des projets de l¹association, d¹autres projets, à Nantes, à Grenoble, à Paris sont également en chantier.

1.5 Les élèves
Nous souhaitons contribuer à la création d¹établissements sectorisés à effectif réduit. Cela nous semble souhaitable car seules de petites unités permettent un réel suivi individuel et un travail d¹équipe. Notre fonctionnement coopératif ne s¹adresse pas à des élèves choisis, mais à tous :
le pari de Déclic, c¹est que tous les élèves puissent travailler ensemble sans se nuire, en valorisant leurs différences par l¹entraide et la coopération.
Chaque élève doit pouvoir poursuivre son propre parcours au sein du groupe, dans le cadre des programmes nationaux.

1.6 L¹Unité Pédagogique Expérimentale de Montreuil (UPE)

L¹UPE de Montreuil devrait ouvrir à la rentrée 2001 avec une centaine d¹élèves de la 6ème à la seconde, en annexe de l¹établissement collège/lycée Jean Jaurès . Les élèves seront recrutés sur son secteur scolaire .Un document de cadrage, défini avec l¹Inspecteur d¹Académie de Seine Saint Denis, en accord avec le ministère explicite les modalités d¹installation prévues et le cadre administratif de l¹UPE.
Même si cette UPE ne correspond pas à l¹ensemble des propositions de l¹association (nous souhaitons la création d¹un EPLE), nous avons accepté d¹en négocier l¹ouverture afin de pouvoir mettre en oeuvre, même partiellement nos objectifs.

1.7 : les parents
Nous souhaitons que les parents puissent être véritablement associés à la réflexion sur le travail fait à l¹école. Au sein de l¹association, des parents ont participé à l¹élaboration de ce projet pédagogique ainsi qu¹aux négociations aux côtés des professionnels de l¹éducation. Dans le cadre de l¹UPE, les parents seront sollicités ,dans le fonctionnement de l¹établissement, pour s¹impliquer de manière diversifiée dans le cadre des projets mis en oeuvre.

2. Principes d¹une pédagogie active

2.1. Tout est éducatif :
Tous les moments de la vie scolaire participent à la mise en oeuvre d¹une éducation globale de l¹élève : formation de la personne, du citoyen, du futur professionnel . Comme les praticiens de la pédagogie Freinet, nous ne dissocions pas l¹acquisition des connaissances de base dites fondamentales des autres acquisitions qui vont permettre l¹épanouissement de la personnalité de l¹élève : esprit de coopération, sens des responsabilités, comportement dans le groupe, capacité à devenir autonome, développement du sens artistique, du sens critique.
Un enfant ou un adolescent d¹aujourd¹hui devra, à l¹issu de sa scolarité, être capable de faire face à de multiples contraintes,à des situations imprévues. Pour s¹adapter en permanence, il devra être doté de la curiosité, du " goût du savoir ", de la confiance en soi et de l¹énergie nécessaire pour sans cesse s¹approprier des connaissances nouvelles. Il devra aussi être doté de l¹aptitude à chercher, trier, comparer, exploiter les informations, à en faire l¹analyse et la synthèse, permettant les choix et les prises de décision.
" Apprendre ", c¹est tout cela.

2.2 Pour apprendre, il faut d¹abord pouvoir confronter un fait nouveau à ses connaissances antérieures.
La confrontation oblige l¹élève à remettre en cause sa représentation antérieure des faits et de leurs liaisons, puis à reconstruire de nouvelles liaisons entre les faits.
Il s¹agit de permettre à l¹élève d¹intégrer les faits nouveaux. Sinon, il ne construit pas vraiment un savoir réutilisable.
C¹est dans un situation de motivation que les apprentissages ont le plus de chance de se construire efficacement et durablement. La construction d¹un savoir nouveau suppose que l¹élève se sente impliqué par le savoir à acquérir ; il faut donc créer des situations suscitant le désir de l¹élève. Freinet explique par exemple que l¹on n¹écrit pas pour soi-même, mais que l¹on écrit toujours " à quelqu¹un ", " pour quelqu¹un ".

2.3 On apprend à penser en réfléchissant bien sûr, mais aussi en manipulant, en construisant, en expérimentant. La démarche première, c¹est ce " tâtonnement expérimental ", ce va-et-vient entre la théorie et l¹expérience : l¹individu apprend si le milieu lui permet de réaliser des expériences enracinées dans son vécu ou dans son imaginaire.
Un projet d¹exposé d¹élève, par exemple, nécessite une recherche dans le milieu, avec élaboration d¹hypothèses, vérification de celle-ci, et dans un deuxième temps, généralisation, entre autres par la consultation de documents appropriés. Cette démarche n¹a rien à voir avec la non directivité : l¹organisation d¹un tel travail est exigeante, rigoureuse.
Chacun apprend selon des procédures qui lui sont propres. Chaque élève est différent. Cette évidence implique qu¹aucun élève ne peut acquérir de la même manière et en même temps les mêmes savoirs. Les histoires personnelles, la maturation, les rythmes biologiques, sont différents. Prendre en compte l¹individu est une nécessité absolue dans la lutte contre l¹échec scolaire.

3. Regroupement pédagogique des élèves

Nous prévoyons trois regroupements pédagogiques :
- 6-5-4
- 3-2
- 1ere-Tale (ouverture à terme par montée pédagogique, à partir de septembre 2001)

3.1 Chaque élève fait partie d¹un regroupement pédagogique et non d¹une classe.
Par exemple, un élève ne peut pas dire qu¹il est en " 5e " ou " 4e ". En revanche, il peut dire qu¹il est en SVT niveau 5e et en Français niveau 4e, etc.
Un élève de 5e fait partie du regroupement 6-5-4. Il peut ainsi suivre des cours de son niveau réel (par exemple, un élève pourra suivre des cours d¹Anglais de niveau 6e, 5e ou 4e). Un élève qui entre en 3e peut suivre des cours 3e ou 2nde.

Le nombre d¹années passées dans un regroupement pédagogique dépendra du rythme de chacun et sera évalué grâce au suivi individuel : un élève pourra ainsi passer 4 ans dans le regroupement pédagogique 6-5-4.

3.2 Le regroupement pédagogique 6-5-4 dit " regroupement d¹acquisition des bases". .
Consolidation et approfondissement des acquis du primaire, avec une insistance particulière sur la lecture et l¹écriture.
Familiarisation avec un questionnement philosophique, en lien avec la vie du groupe, par des temps de discussion.
Développement des capacités de questionnement sur le monde et son évolution. L¹univers scientifique sera abordé comme un tout cohérent et les outils mathématiques nécessaires seront présentés avec leurs perspectives propres.
Acquisition d¹une culture généraliste qui n¹obligera pas l¹élève à se focaliser sur certains domaines et à en sacrifier d¹autres. A l¹UPE, l¹enseignement artistique aura une place réelle et participera à la formation globale de la culture des élèves.

3.3 Le regroupement pédagogique 3-2nde dit " regroupement de détermination ".
Axes forts: travail sur l¹orientation (stages, enquêtes) avec la conseillère d¹orientation et sur la connaissance de soi (génétique, arts & expression corporelle).
Le regroupement pédagogique 3-2nde a plusieurs objectifs :
- informer et responsabiliser les élèves de 3e, les " tirer vers le haut " en quelque sorte en leur permettant de se rendre compte par eux-mêmes, de ce que sont les exigences, les méthodes de travail, les contenus du second regroupement pédagogique. Une meilleure appréciation de ce qu¹est la réalité d¹une classe de 2nde générale devrait leur permettre de travailler de façon plus motivée et de formuler en toute connaissance de cause leur choix d¹orientation à la fin de la 3e. Tous les élèves seront présentés au brevet des collèges.
- éviter les redoublements purs et simples des classes de 3e et de 2nde qui entraînent trop souvent pour les élèves une perte de temps et de motivation et qui constituent par conséquent un gâchis, sur le plan humain comme sur le plan social. Il semble plus intéressant d¹essayer de répondre aux besoins individuels des élèves en leur permettant de faire la navette entre les niveaux, selon les moments et les matières, même si cela les amène à faire leur regroupement pédagogique de détermination en 3 ans.
- Rendre plus systématique une réflexion sur l¹orientation (déjà abordée dans le regroupement précédent) : aide à l¹élaboration du projet personnel à travers des tests d¹aptitude et des questionnaires d¹intérêt, des options " orientation ", des stages en entreprises, une information sur les études et leurs débouchés ; solide préparation aux méthodes de travail du 2nd cycle.

3.4 Le regroupement pédagogique 1ere/Tale.
- Reflexion avec les élèves sur leurs projets de poursuite d¹études et de formation.
- Préparation aux examens nationaux
- Un chef-d¹ oeuvre fin secondaire. Il s¹agit d¹une création sous différentes formes où l¹élève met en valeur ce qu¹il a acquis durant toute sa scolarité.

4. Emploi du temps hebdomadaire

4.1 Le " temps d¹ouverture ":
Un temps d¹accueil des élèves est prévu. C¹est un moment éducatif :
La présence de journaux et de discussions autour de l¹actualité incitent à développer la curiosité face au " monde ". Des sujets de recherche plus approfondis, à partir de l¹actualité pourront être proposés à ce moment là , et éventuellement inscrits par les élèves intéressés dans leur planning de " travail autonome " .
D¹autres activités peuvent être imaginées sur ce temps d¹accueil, par le groupe des élèves et des professeurs concernés. Les parents seront sollicités pour participer à ce temps d¹accueil.

4.2 Le temps de projet
Tous les 15 jours, les élèves choisissent un projet (parmi 2 à 4 projets au moins la première année) qui sera mené pendant 20 heures (soit 2,5 heures, quatre matinées par semaine, pendant 2 semaines). La concentration de 20 heures de travail sur 2 semaines permet aux élèves de voir rapidement l¹aboutissement de leurs efforts.
Le projet se définit ainsi : le travail interdisciplinaire d¹une équipe d¹élèves et d¹enseignants volontaires, qui met l¹élève en activité et le fait sortir du monde clos de la salle de classe et aboutit à une ou plusieurs réalisations qui peuvent être présentées au public (exposition, pièce de théâtre, journal...).
Le projet peut avoir une dominante disciplinaire, mais c¹est surtout le moment des apprentissages interdisciplinaires. En effet, le renouvellement rapide des projets permet aux enseignants (2 par projet) de se regrouper différemment tous les 15 jours. Par exemple, un professeur de français pourra travailler avec un professeur de physique, de dessin, d¹histoire... Proposer un travail en interdisciplinarité, c¹est donner l¹occasion, aux élèves comme aux enseignants, de dépasser le cadre parcellaire d¹une discipline, d¹aller au delà de l¹accumulation des connaissances.

4.3 Le projet est par excellence le lieu de l¹apprentissage des " savoirs savants " et des " savoir faire ".
Grâce au projet, l¹apprentissage se fait sur le vif. Ces apprentissages peuvent ensuite être formalisés, par exemple grâce à un travail sur fiches auto-correctives. Le rôle de chaque enseignant est de guider l¹élève vers les démarches de travail autonome qui lui permettront de mener à bien ce projet puis de valider ces acquisitions.
Les thèmes des projets sont déterminés toutes les 6 à 7 semaines, par des commissions d¹élèves et d¹enseignants, pendant les après-midi de la semaine précédant chaque vacance scolaire. Un projet qui nécessite plus de 20 heures peut éventuellement être reconduit

4.4 Les ateliers
Les " ateliers long terme "
Ce temps est consacré à des projets nécessitant un investissement de longue durée : pièce de théâtre, journal...

Les " ateliers-cours "
Les élèves s¹y inscrivent pour une durée de 6 semaines. cours " disciplinaires " en fonction des besoins ressentis dans le cadre des projets, remédiations en fonction des difficultés éventuelles, ce qui sera mis en oeuvre devra être défini en fonction des besoins .
La pédagogie active y est de mise (tâtonnement expérimental, etc).

4.5 Les temps de " travail autonome "
Il pourrait par exemple s¹agir de travail sur fichiers autocorrectifs, de recherches documentaires, etc. L¹organisation et l¹harmonisation des ces temps divers devra se faire en fonction des emplois du temps de travail d¹atelier.

4.6 Le temps d¹Aide au Travail et de R.E.S. (RESEAU D¹ÉCHANGES DE SAVOIRS)
Initié par Claire Hébert-Suffrin, le RES est devenu un outil simple et efficace d¹intégration. Dans l¹emploi du temps, nous proposons d¹en reprendre les principes plusieurs fois par semaine.

Les réseaux fonctionnent selon une règle simple : il faut à la fois " offrir " un savoir et " demander " un savoir. En bref, avoir le souci d¹échanger. Intervient alors un personnage très important pour le fonctionnement du Réseau : le médiateur, qui non seulement va écouter le nouvel arrivant, l¹aider à préciser son offre (tout le monde sait quelque chose, mais la plupart des gens n¹ont pas conscience de la richesse qu¹ils représentent dans un groupe), affiner ses demandes et bien sûr le mettre en contact avec la ou les personnes intéressées.
Au sein d¹un établissement de type Déclic, afin d¹initier correctement le RES, la présence de professeurs formés par des praticiens du RES sera déterminante pour la bonne poursuite du projet : la médiation et la formation de médiateurs élèves placera le Réseau sur des bases solides.
D¹autre part, nous utiliserons un " arbre de connaissance " (selon la terminologie de Michel Serres). Les savoirs échangés dans l¹établissement y apparaîtront, via un logiciel à acquérir ou à fabriquer.
Le RES sera ensuite un véritable vivier pour le collège-lycée :
Au cours de la réalisation d¹un projet à long terme, un groupe pourra demander l¹aide d¹un élève d¹un autre groupe. Ex : dans le cadre du journal, acquérir le logiciel de mise en page à bas prix. Il faudra savoir dactylographier une lettre, choisir un logiciel adapté, relancer la sociétéS Bien entendu, les professeurs pourront aider mais il est préférable que l¹échange de savoir-faire se fasse très tôt entre les élèves. Les demandes et les offres seront affichés publiquement par les médiateurs.
Les échanges bilatéraux profs-élèves : un élève pourra faire un échange avec un professeur.
Les échanges entre élèves : lien social renforcé, non-réduction de la richesse d¹une personne à ses diplômes et donc revalorisation des élèves " en difficulté ", apprentissage en groupe, naissance de projets, médiation des échanges, organisation d¹un réseau.
Ouverture vers l¹extérieur ; échanges avec les parents, propositions possible d¹associations du quartier,..... Les RES sont probablement la seule innovation récente ayant réussi à recréer du lien social entre les habitants d¹un quartier. La restauration du lien social autour des lieux scolaires est aussi un des axes de la démarche de Déclic.

4. 7 La réunion du groupe référent
Un Groupe Référent est formé de 10 à 14 élèves multi-âges et présentant une certaine diversité, et d¹un adulte tuteur. L¹élève est affecté dans un groupe au hasard à son arrivée dans l¹établissement ; à partir de la 2e année, les affinités seront prises en compte tout en ayant le souci de préserver la diversité des groupes. En cas de difficulté relationnelle entre un élève et un tuteur, il est possible de changer de tuteur.
Le Groupe Référent se réunit plusieurs fois par semaine et notamment chaque semaine pour un " conseil " . Ce groupe a trois fonctions :
1. D¹assurer le suivi des élèves au sein du groupe.
2. De créer une loi commune, de montrer que le respect des règles de fonctionnement permet de pouvoir apprendre dans les meilleurs conditions possibles.
3. De gérer la vie de l¹école.
Toutes les décisions prises en bilan sont transmises au délégué qui représente le groupe au conseil d¹école.

4.8 Le temps de tutorat
Le lundi après la réunion du groupe Référent ou à d¹autres moments de la journée, le tuteur rencontre régulièrement ses tutorés pour faire le point sur leur suivi :
Avec l¹aide du tuteur, les élèves ont le droit de choisir et le devoir de respecter un contrat (engagements réciproques).
Le tuteur aide l¹élève à organiser son travail et à gérer son temps. Pour cela, ils élaborent un -ou plusieurs- plan de travail individuel et contractuel, qui permet à l¹élève :
. d¹individualiser son parcours
. d¹être plus motivé
. de se sentir davantage acteur de sa propre formation.
Ils font régulièrement le point sur ce plan de travail : le tuteur fait prendre conscience à l¹élève de ses progrès et de ses difficultés.
Le tuteur aide aussi l¹élève à formuler un projet d¹orientation.
Il centralise les informations qu¹il reçoit de l¹équipe éducative. Il est l¹interlocuteur privilégié entre l¹élève et les enseignants, les parents et les enseignants.

4.9 Le conseil de l¹Unité Pédagogique Expérimentale
Les objectifs du conseil :
- mettre en place une réelle éducation à la citoyenneté. Pour devenir des " citoyens " de leur établissement, les élèves doivent pouvoir y prendre des décisions, y " faire les lois " ou les " règles du jeu ". Il s¹agit de structurer leur relation générale à la loi.
- que les élèves se sentent " impliqués " dans le fonctionnement de l¹établissement, il faut qu¹ils prennent part aux décisions qui les concernent.
- En instaurant dans l¹établissement une réelle citoyenneté active, (pouvoir discuter, débattre et pouvoir élaborer ou remettre en question les décisions concernant le fonctionnement de l¹établissement), on permet aux élèves d¹élaborer d¹autres rapports aux savoirs et, peut-être, d¹ " apprendre vraiment " : " la construction vraie des savoirs exige d¹une certaine manière une prise de risque et une mise en question des évidences premières ".
La réunion du Conseil d¹UPE
Une fois par semaine, le Conseil d¹UPE se réunit pour prendre toutes les décisions concernant l¹établissement, par vote. Il réunit des élèves, des adultes (enseignants, parents, ATOSS)

5. Organisation générale annuelle

Nous voulons proposer des rythmes et des alternances nouvelles, en diversifiant les rythmes selon les âges, les types d¹élèves, les moments de la journée, de la semaine ou de l¹année.
- Pour donner à chacun plus de chances de trouver son propre rythme.
- pour mieux s¹adapter aux besoins de chaque activité et pouvoir proposer des activités différentes (travail autonome, ateliers, bilans, projets...).

5.1. Les trimestres
L¹année est divisée en trois trimestres.
Le premier trimestre se termine aux vacances de la Toussaint. Il est volontairement très court. En effet, dans une structure aussi nouvelle, il nous semble important, et rassurant pour les élèves, de faire un bilan rapidement.

5.2. Les périodes
L¹année est divisée en 5 périodes de 6 à 8 semaines, séparées par les vacances scolaires et des " week-end pédagogiques ". Les élèves s¹inscrivent dans les ateliers-cours et les ateliers long terme pour 6 semaines, au début de chaque période.
A la fin de chaque période, les après-midi de la semaine sont consacrées à l¹évaluation du travail effectué et à la préparation des projets de la période suivante (cases grisées).

5.3. Les séquences
L¹année est divisée en séquences de deux semaines
Les élèves s¹y inscrivent pour les projets court terme.

5.4. Conseils pédagogiques
Leur nombre et l¹organisation sont à discuter. Mais le principe d¹un travail pédagogique d¹équipe pour les enseignants comprenant des réunions hebdomadaires de gestion et des réunionsde réflexion d¹équipe pédagogique est une des bases du projet de l¹association.

5.5 Semaines particulières
Une semaine d¹intégration au début de l¹année pour que tous déterminent l¹ensemble des règles de vie et pour que chaque élève se donne des objectifs pour l¹année.

Les semaines interdisciplinaires (thématiques)
Deux semaines interdisciplinaires consacrées à un thème (par ex. " Manger, être mangé ", " L¹Amérique Latine ", " La justice") peuvent être des moments forts de l¹année.
Pendant une semaine, les activités habituelles (projets, etc) s¹arrêtent de façon à permettre à tous de se consacrer au travail sur un thème choisi.

6. Vie quotidienne des élèves

6.1. Gestion de l¹établissement par les élèves
A tour de rôle, chaque groupe de base assure la gestion et l¹organisation pratique de l¹UPE pour 2 semaines.
Cette organisation a pour but de responsabiliser les élèves et de permettre des apprentissages méthodologiques et cognitifs en partant du réel. Cette démarche est au centre de la pédagogie Freinet.
6.2. Organisation pratique :
Les élèves et l¹enseignant de ce groupe doivent arriver plus tôt pour organiser l¹accueil , le relevé et le suivi des absences. Ils assurent les permanences du CDI (et apprennent ainsi à maîtriser les cotations et l¹organisation). Ils organisent les tâches de secrétariat et gèreront au quotidien les décisions du Conseil d¹école (et apprendront ainsi le classement et la gestion du courrier, l¹écriture des lettres, les choix d¹achat, les comparaisons,.....) L¹UPE fondera un foyer coopératif afin que les élèves gèrent le budget afférant par eux-même.
6. 3. Obligation de présence des élèves
Chaque élève définit avec son tuteur toutes les six semaines, dans son contrat, des cours, projets, etc... auxquels il s¹engage à venir. L¹emploi du temps de l¹élève sera donc variable dans l¹année et les parents en seront informés aussi souvent que nécessaire. Néanmoins, le suivi régulier d¹un quota obligatoire parmi les activités proposées sera défini.

7. Evaluation des élèves

7.1 Principes
F. Dolto écrit : " la répétition a valeur sécurisante. Ce qui est créatif est incomparable, fait courir des risques ". Nous avons tous besoin, et de sécurité, et de prendre des risques. Il faudrait donc revoir les types traditionnels d¹évaluation et compléter les exercices de mémorisation par des exercices faisant davantage appel à la créativité, à la capacité de rechercher des informations et des documents.
Les élèves ne doivent pas se sentir écrasés par l¹évaluation. Ils doivent la comprendre et la gérer avec l¹équipe enseignante.

7.2 Modalités
Nous proposons donc trois modalités d¹évaluation :

1. Auto-évaluation, par chaque élève :
- à l¹aide d¹outils proposés par l¹équipe éducative, propres à chaque discipline, à l¹aide de supports diversifiés (fiches de travail autocorrectives, outils informatiques...)
- à l¹aide du plan de travail co-rédigé par chaque élève et son tuteur : c¹est une évaluation dynamique destinée à aider les élèves, et pouvant être lue par les parents.
(définition des brevets à écrire)
2. Evaluation experte : évaluations sommatives régulières, proposées et non imposées, anonymes, et fondées sur des barèmes, organisées par les enseignants.
3. Evaluation par le groupe :
. Socio-évaluation : outils proposés par l¹équipe éducative permettant d¹évaluer des travaux tels que les exposés ; évaluation-bilan réalisée en fin de séquences didactiques vérifiant l¹acquisition des savoirs et savoirs-faire, en identifiant notions et vocabulaire spécifiques.
. Evaluation coopérative, ou " réunion de groupe " (" conseil " ), destinée à vérifier collectivement la pertinence des moyens mis en ¦uvre pour l¹organisation du travail scolaire.

7.3 Ces trois modalités doivent permettre de valider le cursus d¹un regroupement pédagogique :
Pour pouvoir passer dans le regroupement pédagogique supérieur, il faut :

1) avoir justifié de sa présence à un certain nombre d¹activités
2) avoir obtenu un certain nombre de brevets du livret de compétences.
3) Avoir présenté au minimum un " mémoire " par trimestre, soit 9 pour le regroupement pédagogique.
Au moins une fois par trimestre, chaque élève choisit un thème qui l¹intéresse et réalise un travail approfondi qu¹il présente sous la forme visuelle de son choix (soit un travail écrit seul, soit un travail écrit associé à une autre forme d¹expression visuelle : B.D., article, dossier, affiches, panneaux d¹exposition, vidéo, photo, site web...). L¹élève est ainsi réellement amené à construire des projets personnels. Pour mener à bien ces réalisations, il peut être aidé par des personnes-ressource pendant les temps d¹aide au travail et de R.E.S.

7.4 Suivi de l¹évaluation :
1.Un livret d¹évolution/évaluation, qui suit chaque élève.
Il y inscrit à la fin de chaque trimestre, avec l¹aide de son tuteur :
. Les U.V. obtenues
. les " mémoires " réalisés
. Les résultats des " évaluations expertes "
. Ses progrès en termes d¹acquis/ non acquis, à l¹aide de tableaux de compétences (ex : en grammaire anglaise : je sais utiliser le passé, etc).
2. Evaluations trimestrielles :
Le dernier samedi de chaque trimestre, chaque élève :
. remplit son cahier d¹évaluation avec son tuteur
. expose ses réalisations du trimestre et présente son mémoire (chaque élève doit réaliser au moins un mémoire par trimestre, voir ci-dessus).
Chacun montre ainsi ce qu¹il a fait : on fête ainsi des " réussites ". Les parents sont invités ce samedi là à voir les travaux effectués et affichés, et à rencontrer l¹élève et son tuteur. Ce samedi de " fête des réussites " remplace le bulletin habituel des établissements secondaires.

8. Les avantages d¹une pédagogie citoyenne

Une pédagogie coopérative, une citoyenneté active : pour responsabiliser les élèves et faire face à la violence, à l¹apathie et à l¹ennui scolaire.

8.1 Le primat de la parole
Nous voulons donner une part très importante à " la parole ". Le conseil, et de façon plus générale le dispositif coopératif, assurent le primat de la parole sur le passage à l¹acte. Pour réduire la violence, il faut aider les adolescents à réfléchir avant de passer à l¹acte, leur faire prendre du recul sur les causes et les conséquences de leurs agressions ; installer le sursis à l¹acte au centre de la vie quotidienne.

8.2 Admettre l¹existence des conflits : le conflit est une chance qui permet au moins la révolte, qui reconnaît l¹autonomie de la conscience et la possibilité de l¹exercice de la liberté.

8.3 Régler les conflits dans le respect mutuel et par des médiations
Apprendre à respecter l¹autre, c¹est apprendre à respecter ses contradictions, ses défauts, et à les assumer pour les changer. Apprendre à se respecter, c¹est aussi apprendre à respecter les autres. Si la pédagogie respecte les différences et les besoins des élèves, les règles de l¹école sont précises et chacun s¹engage à les observer. Si les conflits peuvent, doivent exister, ils doivent aussi se régler par une écoute mutuelle.
L¹équipe privilégie la parole et l¹écoute, ainsi que la coopération avec des intervenants extérieurs, pour gérer les conflits autrement que par l¹affrontement. Le dispositif coopératif permet de canaliser la violence par la constitution de " médiations " (et de s¹abstraire ainsi des dangers inhérents à la relation duelle). Un " médiateur " (le tuteur ou une autre personne, extérieure) peut aussi être un recours possible.

8.4 Valoriser les réussites et faire retomber les tensions
Un élève peut devenir violent ou absentéîste car il est dans une situation d¹échec. Il " chahute " , refuse l¹école, parce qu¹il n¹a pas d¹autre moyen de prouver qu¹il existe. Nous lui proposerons des situations dans lesquelles il peut réussir, même s¹il s¹agit au début de réussites dans des domaines péri-para-scolaires (qu¹il faudra valoriser). Encourager les élèves à être demi-pensionnaires vise aussi à socialiser les élèves et éviter une attitude de désaffection pour le lieu scolaire : venir à l¹école simplement pour assister aux cours et rentrer dès que possible chez soi.

8.5 Les sanctions
Tout manquement à l¹intérieur de l¹UPE qui serait répréhensible par la loi devra être sanctionné par les autorités adéquates. Le règlement intérieur devant être écrit par les élèves et les adultes dans le cadre du conseil de l¹UPE, les sanctions des manquements à ce règlement devront également être écrites après l¹ouverture de l¹UPE.

9. L¹équipe éducative


9.1 : Les principes pour l¹ouverture

Les enseignants de l¹Unité Pédagogique Expérimentale sont explicitement volontaires pour travailler dans ces conditions, avec les avantages et les contraintes que cela induit.
Ils se sont regroupés autour du projet pédagogique écrit dans le cadre des activités de l¹association.
Ils ont déjà expérimenté dans leurs établissements respectifs des objectifs similaires, même partiellement : interdisciplinarité, projets inspirés de la pédagogie Freinet et de la pédagogie Institutionnelle, travail d¹équipe, ........
Les enseignants volontaires pour l¹ouverture de l¹UPE sont tous des enseignants de l¹Education Nationale.

9.2 : La nomination des enseignants

A terme, il sera nécessaire de trouver une procédure transparente, efficace, et acceptée par tous les partenaires, de nomination des enseignants dans les établissements expérimentaux. C¹est de notre point de vue une des missions de l¹agence de l¹Innovation, nouvellement créée par le Ministère et nous souhaitons pouvoir participer à ce débat.


DECLIC -
Développement Expérimental de Collège-Lycées d¹Initiative Citoyenne
39, rue Girardot 93170 Bagnolet
e-mail : declic93@hotmail.com.
Site Web : http://www.multimania.com/declic93
Boite vocale et fax : 01 43 63 89 35
Présidente : Véronique DECKER
e-mail : vdecker@chello.fr

retour au menu documentation générale