Redécouvrir la docimologie.

 

En mai 1967, l’Inspecteur Général SIRE organisait, dans le cadre du Centre International d’études pédagogique et  de l’Ecole Normale Supérieure de Sèvres, une rencontre destinée à sensibiliser les enseignants du secondaire aux problèmes posés par la notation chiffrée des productions des élèves. Un compte-rendu de ces travaux fut diffusé en 1968 par les Amis de Sèvres.

C’est le contenu de ce livret que REVEIL présente aujourd’hui dans ce dossier « docimologie ».

En 1963, Henri Piéron, Professeur au Collège de France, fondateur de l’Institut National d’orientation Professionnelle (1928), avait publié un ouvrage « Examens et docimologie » aux P.U.F.[1]  Il y démontrait, sur le plan théorique, l’inanité des pratiques courantes en matière d’évaluation : encore fallait-il amener les « notateurs » à toucher du doigt les défauts du système, de leur faire prendre conscience « qu'une note est une fausse monnaie puis­que son étalonnage est impossible, et que les notateurs sont, inconsciemment, des faux-monnayeurs ».

La brochure reproduite dans ce dossier présente à la fois les résultats d’une expérience vécue par un groupe de professeurs et de chefs d’établissements et des prolongements souhaitables, notamment une intervention de Louis Legrand, responsable de la recherche pédagogique à l’Institut National Pédagogique, à l’époque, qui ouvrait des voies pratiques pour « améliorer la notation ». On y trouvera aussi des thèmes d’expériences praticables dans les établissements, des secteurs, et diverses suggestions qui, un temps furent  entendues, dans les années 68/70, puis abandonnées, sous la pression des habitudes…

Les documents ayant servi de base à ces travaux sont téléchargeables ci-dessous au format pdf (rédaction et problème).

charger le problème
charger les réponses au problème
charger la rédaction

 



[1] Ce livre est aujourd’hui épuisé ainsi, d’ailleurs que la dizaine d’autres ouvrages publiés ensuite (le plus récent datait de 1992) dont les titres contenaient le mot « docimologie ». Par contre, une recherche sur Internet montre que de nombreuses pages électroniques (environ 23 000 selon un moteur de recherche très connu) évoquent au moins les questions liées à l’évaluation des travaux d’élèves, notamment à l’occasion des examens et concours.

ouvrir le dossier docimologie