L'école de la république n'appartient pas aux « Républicains »

L'école de la république n'appartient pas aux « Républicains »



Le discours «républicaniste» sur l'école a le vent en poupe. Il se présente comme la planche de salut pour un système éducatif qui serait en pleine déliquescence avec des enfants violents, des parents absents, des enseignants démunis. Avec un opportunisme certain, il récupère le discours sécuritaire qui procède de la même logique réactionnaire. Comme par magie, le rétablissement de l'instruction civique suffirait à restaurer l'Autorité de l'école et des principales institutions. Profitant de vents porteurs dans une société déboussolée, il tente de pousser son avantage en jetant le discrédit sur ceux qu'il surnomme ironiquement les «pédagogos», voire les «pédagogols». Ces derniers, empêtrés dans leurs manies procédurales, seraient parmi les principaux acteurs de cette dégénérescence. Il conviendrait donc d'expulser « la pédagogie du vide » (1) qui néglige les contenus au profit de la méthode. Pire, les «pédagogos» seraient accusés d'entretenir dans l'inculture et l'anomie des «hordes de sauvageons» en puissance. Ils seraient même responsables de l'entrée des valeurs libérales dans l'école. Rappelons déjà  que les chantres de la Tradition si regrettée n'ont jamais cessé d'être majoritaires dans les écoles.


Les apprentissages impartis à l'école relèveraient donc d'une dichotomie caricaturale et chaque enseignant serait sommé de choisir son camp (mémoire ou réflexion, cognitif contre ou affectif, savoirs fondamentaux  ou savoirs sociaux)


Si notre sympathie va assurément  aux pédagogues qui, eux, ont le souci de l'enfant réel, nous ne voulons pas nous laisser enfermer dans ce débat réducteur. Car, pédagogues et républicains, voyant en l'école son propre recours, « en viennent à oublier l'essentiel : les inégalités sociales. »(2) Praticiens et militants de la pédagogie Freinet, résolument hostiles aux nostalgiques de l'école dualiste de la 3ème république, nous ne nous sommes jamais bercés d'illusion pédagogique. Comme jadis Célestin Freinet, nous ne comprenons toujours pas que des collègues « fassent de la pédagogie nouvelle, sans se soucier des parties décisives qui se jouent à la porte de l'école mais nous ne comprenons pas davantage les éducateurs qui se passionnent activement pour l'action militante et restent dans leur classe de paisibles conservateurs. » (3) En l'occurrence, les paisibles conservateurs d'hier sont devenus bien vindicatifs ! Nous ne pouvons nous satisfaire des inégalités criantes engendrées par notre société libérale et nous inscrivons notre démarche militante dans un mouvement social plus large qui vise le changement.


Un souci de la réussite de tous, et pas seulement celle des enfants qui sont proches de la culture de l'Ecole,  doit s'appuyer aujourd'hui, plus encore qu'hier, sur la culture première et la vie des enfants. Alors, avec eux, pas à pas, dans une atmosphère coopérative qui laisse toute leur place à l'expression, à la communication et au tâtonnement expérimental, se construisent des passerelles vers d'autres cultures, vers la Culture. Cela demande de l'exigence mais aussi un sens de l'écoute et de l'accompagnement pédagogique. L'acquisition des connaissances est d'autant plus efficace et dynamique qu'elle prend corps dans des groupes vivants et qu'elle a un sens pour les enfants. A ce compte, on va bien souvent bien au-delà des programmes sur lesquels se crispent les tenants de la tradition.


Aussi, forts de pratiques qui continuent de faire leurs preuves au quotidien, nous pouvons lancer à ces Messieurs les « Républicains » : «Descendez de votre estrade, de votre chaire, venez dans nos écoles, dans nos classes, à la rencontre d'enfants bien réels et vous constaterez déjà que, même dans des quartiers dits sensibles, des pratiques coopératives, cohérentes sont génératrices de sérénité. Vous verrez qu'en construisant la loi au quotidien avec les enfants, ceux-ci sont mieux capables d'en mesurer les tenants et aboutissants et de la respecter. D'ailleurs, dans la lutte contre la violence à l'école, on se tourne régulièrement vers nos pratiques. Pour autant, nous ne sommes pas prêts à assumer le rôle de pompiers sociaux que d'aucuns aimeraient nous voir jouer à bon compte. Nous sommes dans une démarche de transformation et non de simple pacification scolaire et sociale qui ne règlerait rien sur le fond.


Ouvrez les yeux et vous verrez que l'Ecole que vous voulez réhabiliter, enferrée dans son fameux élitisme, n'a jamais engendré autre chose qu'arrogance d'un côté et rancœur ou sentiment d'exclusion de l'autre, ingrédients fondamentaux d'une société à plusieurs vitesses. Une société où le mythe de l'égalité des chances constitue une imposture dès lors qu'on reste aveugle aux déterminants sociaux et économiques mais aussi aux perspectives réellement offertes aux enfants. En la matière, la réhabilitation des bourses pour les enfants des milieux défavorisés, sans en nier le bien-fondé, ne peut qu'influer à la marge, comme autrefois.


Ouvrez les yeux et vous verrez que l'école archaïque que vous prônez, figée dans ses certitudes et l'inertie bureaucratique, conduit avec sa logique de compétition à faire perdre le sens du vivre ensemble et du bien commun. A son corps défendant, elle fait le lit de l'école libérale par l'inadaptation de ses réponses aux défis sociaux actuels. Quoi que vous en disiez «le système éducatif vit encore dans le mythe constamment réaffirmé d'une dynamique de transmission des connaissances qui se ferait par le seul canal de fonctions intellectuelles supérieures (à l'exclusion des émotions et des personnalités individuelles, des cultures et des croyances collectives, etc.) entre un diffuseur abstrait (l'enseignant) et un récepteur abstrait (l'élève). La réalité ne s'accorde pas avec cette théorie et il semble peu efficace de vouloir l'y faire entrer à tout prix en s'arc-boutant sur des pratiques pédagogiques traditionnelles [....]» (4)


Comme par hasard, c'est vous que l'on retrouve encore dans l'opération de dénigrement des nouveaux programmes de l'école primaire. Si nous condamnons dans ceux-ci la régression que constitue le seul recours aux comportements alphabétiques pour l'apprentissage de la lecture, pour nous, ces programmes représentent malgré tout une avancée en ce qu'ils donnent plus de place aux apprentissages en contexte qui font sens pour les enfants. Ils ne vont même pas assez loin en laissant une part encore trop belle aux programmations sclérosantes que vous aimez tant.


Et puis, quand vous prônez un retour aux filières, nous militons activement pour une éducation polytechnique pour tous. Dans une société complexe, il devient indispensable de développer au maximum toutes les formes d'intelligence et non, la seule intelligence logico-verbale que vous vénérez tant. Nos pratiques, en cherchant à appréhender dans leur globalité les enfants et les groupes dans lesquels ils évoluent, sont mieux à même de relever ce défi. Nos désaccords sont donc profonds, nos logiques sont opposées. » La pédagogie Freinet n'est pas soluble dans le pédagogisme : nous revendiquons avec force une école populaire, dans un service public d'éducation de qualité qui soit capable de dialogue avec les enfants, les jeunes et leurs familles, et en particulier celles et ceux qui en sont les plus distants culturellement. Pour nous c'est cela la véritable école de la République, mais une République à refonder, dont l'école, en prise avec la réalité sociale, prépare activement à l'exercice de la démocratie participative, une école qui tourne le dos au SMIC éducatif de savoirs prétendument forts vers lequel certains voudraient renvoyer les enfants d'aujourd'hui. Une école qui ne prétende plus faire ou penser pour mais qui avance avec.


Pour l'ICEM - Pédagogie Freinet

Joël Blanchard, Catherine Chabrun, Pierrick Descottes, Laurent Ott,



(1) «La pédagogie du vide» H. Boillot et Michel Le Du, PUF 1993

(2) «Le ghetto des discours sur l'école» P. Encrenaz et E. Hassenteufel, dans Libération,10 février 2001

(3) Extrait des Perspectives de l'Education Populaire, dans L'éducateur, novembre 1978

(4) Laurent Mucchielli, Le Monde diplomatique, février 2002


Congrès de l'ICEM pédagogie Freinet : du 19 au 23 août 2002 à Bordeaux

«La pédagogie Freinet : des pratiques éducatives pour une école populaire aujourd'hui»


Institut Coopératif de l'Ecole Moderne - ICEM - Pédagogie Freinet

18, rue Sarrazin - 44000 NANTES

Tél. : 02 40 89 47 50 - Fax : 02 40 47 16 91

Mél. : icem.pedagogie.freinet@wanadoo.fr              Site internet : www.icem-freinet.info

retour à la page précédente