CHANGER L'ÉCOLE…

C'est aussi utiliser efficacement et à bon escient, les nouvelles technologies, notamment celles que nous offre le développement prodigieux de l'informatique et de la télématique. L'Ecole traditionnelle a toujours été méfiante à l'égard de tout ce qui s'éloigne quelque peu de la parole du maître, du tableau noir (ou vert) et de l'écrit-papier. Que l'on songe seulement au temps qu'il a fallu pour que le stylo-bille soit admis dans bien des écoles primaires ! Il en a été de-même pour les calculettes encore proscrites dans les classes élémentaires, la plupart du temps. Quant aux électrophones, magnétophones, postes de radio et de télévision, magnétoscopes, combien de ces appareils ne dorment-ils pas dans quelques placards ou sur quelques étagères poussiéreuses ?

Le "plan informatique pour tous" prétendait introduire l'informatique à l'école peu après l'apparition des micro-processeurs : ce fut un échec pour une part du fait du caractère déjà obsolète des matériels fournis avec parcimonie ! aux écoles primaires. (le grand bénéficiaire de l'opération fut le groupe nationalisé THOMSON qui se débarrassa de stocks qui allaient rapidement être invendables sur le marché !)

Depuis cette époque "héroïque", la technique a fait des bons prodigieux notamment avec Internet et les multimédias. Pour "moderniser" l'Ecole, le mot d'ordre de nos deux derniers ministres semble être "développons l'usage des nouvelles techniques de l'informatique et de la communication". (N.T.I.C.) Toutes les écoles devraient être rapidement pourvues en matériels adéquats et branchées sur Internet. Ce que ne semble pas savoir nos dirigeants, c'est que ces appareils peuvent être capricieux (surtout aux mains de nos jeunes !) et qu'ils exigent une maintenance effective et efficace. Demander aux enseignants de se former à l'utilisation des N.T.I.C. ne sera déjà pas évident : il serait tout à fait irréaliste de leur demander de se muer aussi en électroniciens ! Or se retrouver avec sa classe fut-elle scindée face à des appareils dont certains refusent de fonctionner, ne sera pas fait pour encourager les enseignants - souvent réticents devant ces engins dont ils sont nombreux à se méfier - à persévérer dans la voie des nouvelles technologies !

Certains y voient pourtant une vraie panacée : la possibilité de construire et régir un système d'enseignement entièrement au service du monde économique et qui, de plus, devrait s'avérer très rentable pour eux. Ce sont les "entrepreneurs" regroupés dans la Table ronde européenne des entrepreneurs (E.R.T. dans le texte). Voilà plusieurs années qu'ils tissent leur toile, avec la commission de Bruxelles, au temps d'Edith Cresson (la nouvelle commission se montre plus discrète), avec des Universitaires, et surtout des moyens financiers considérables.

Pendant ce temps, l'Ecole traîne les pieds et le grand public ignore… ce qui laisse le champ libre aux tenants de l'E.R.T. Pour introduire le débat, il est bon de connaître les objectifs et les attentes de ces grands patrons et de comprendre leur "philosophie" ultra-libérale. Des extraits de différents rapports produits ces dernières années par la commission éducation de l'E.R.T. en donnent une idée assez précise : les critiques adressées à l'institution actuelle ne sont pas sans fondement. Leur plan ne manquera pas de séduire les jeunes d'abord, leurs familles ensuite, dans la mesure où ils promettent un enseignement adapté au rythme de chaque élève et efficacement utilitaire. Sans compter des moyens de valider les acquis hors du système lourd et archaïque des diplômes nationaux. Mais où est l'éducation sociale, humaine ?

Telles les langues d'Esope, ces nouvelles technologies peuvent être les meilleurs ou les pires des outils d'enseignement. Le texte qui suit est déjà un peu ancien et surtout il relate des expériences vieilles de près de vingt ans : il ne vise qu'à tenter de susciter la réflexion et aussi à servir d'appel à témoignage. Des centaines d'enseignants expérimentent sans doute ces N.T.I.C. dans leurs classes, leur établissement. Comment utiliser ces nouveaux moyens de communication et d'enseignement dans une Ecole qui se veut créatrice d'humanité ?

·        extraits de textes de l'E.R.T.
·        premiers tâtonnements en E.A.O.        G.H. 1997

retour au menu général des débats