D

D.E.C.L.I.C.

Développement Expérimental d’un Collège -Lycée d’Initiative Citoyenne

 

 

ETUDE  DE FAISABILITÉ : Martine Bideau,

Détachée auprès du Recteur de l’Académie de Créteil,

 

et  le Conseil d’Administration de l’Association DECLIC :

 -Corine Alric, parent d’élève,

 -Sofia Ben Yahmed, professeur,

 -Nicole Chosson, documentaliste,

 -Maryvonne Hallez,  professeur,

 -Lucio Morello, parent d’élève.

 

SOMMAIRE

Développement Expérimental d’un Collège -Lycée d’Initiative Citoyenne

Appel à une action commune pour une transformation du service public d'éducation.

Principes :

Mise en oeuvre pédagogique

Mise en oeuvre institutionnelle

I. L'ETABLISSEMENT.

1-Les locaux :

2 -L'établissement de tutelle

3. Les élèves :   Observation des besoins

a. Des élèves du quartier

b. Sectorisation

4.La communauté éducative.

a. l’équipe permanente.

b. Les intervenants :

c. Les parents :

d. Les personnels assurant le travail administratif et les services.

e. Les personnels assurant l’encadrement.

II. LES PARTENAIRES.

1.Le Comité scientifique.

2.L’IUFM de Bonneuil.

3.Les Réseaux d’Echanges de Savoirs.

4.Dispositif «  écoute /Conseil »

III. LA VIE CITOYENNE.

1) Les avantages d’une pédagogie citoyenne.

a. Le primat de la parole.

b. La philosophie dès la sixième.

c. Valoriser les compétences personnelles.

d. Réguler les conflits dans le respect mutuel et par des médiations.

2)La vie citoyenne.

A. Le Conseil de l’équipe éducative. (CEE)

B. Le conseil du  Groupe Référent. (CGR)

c. Participation des élèves à la gestion de la structure.

IV. LE PROJET PEDAGOGIQUE.

1.les principes d’insertion dans l’environnement local.

2.Principes d’une pédagogie active.

a. le regroupement pédagogique. Les cycles.

b. Emploi du temps général : les différents  « temps «  .

V. ORGANISATION GENERALE DU TEMPS.

1. Organisation générale annuelle.

A. Les trimestres

B. Les périodes

C. Les séquences

D. Les semaines.

2)Organisation générale hebdomadaire.

VI. L’EVALUATION.

1) des élèves.

A. Auto-évaluation, par chaque apprenant :

B. Evaluation experte :

C. Évaluation par le groupe :

2- des professeurs.

3- de la structure.

4- de la recherche-action.

VII. LES BESOINS EN PERSONNES PERMANENTES.

1) L’équipe enseignante.

2) Les Atoss.

3)Les emplois jeunes.

VIII. LES BESOINS EN MOYENS.

1.financiers :

2.logistiques :

3.complémentaires éventuels :

IX. LES BESOINS POUR LA FORMATION, LE SUIVI, L’EVALUATION.

De  mars à juin 2002 :

Durant l’année 2002 :

Annexes (non terminé).

 

 

Appel à une action commune pour une transformation du service public d'éducation.  

 

              Un texte qui a la volonté de rassembler, dans un même mouvement vers le changement, toutes les équipes innovantes a été rédigé pour être signé par les mouvements pédagogiques, syndicats, parents d’élèves, politiques…Nous le joignons comme signe de l’affirmation de cette volonté.

APPEL A UNE ACTION COMMUNE POUR UNE TRANSFORMATION

DU SERVICE PUBLIC D’EDUCATION

 

Nous, citoyens, parents et personnels du service public laïc d’éducation, engagés dans des équipes ou dans des projets innovants, appelons à la mise en œuvre des propositions suivantes.

 

Principes :

 

L’éducation constitue un moyen essentiel d’émancipation des personnes, quelle que soit leur distance culturelle avec l’école.

Une société de justice, de fraternité, de liberté a besoin de personnes responsables, autonomes, capables d’esprit critique pour faire évoluer le monde dans lequel elles vivent.

Sur la base de ces principes et de pratiques éprouvées, instituant la coopération et rendant l’enfant auteur de sa formation, ce texte commun se veut un appel et une contribution à un nécessaire débat national.

Nos pratiques éducatives se heurtent à la rigidité actuelle du système éducatif qui ne prend pas en compte la diversité de ses forces vives : enfants, parents, enseignants…

 

Mise en oeuvre pédagogique

 

Nous sommes attachés à une école valorisant chacun comme une personne autonome et responsable, auteur de son devenir par :

- la construction d’une vie collective et sociale comme lieu d’apprentissages

- l’appropriation personnalisée des savoirs dans un cadre coopératif

 

Cela signifie une pédagogie active mettant en œuvre :

- une éducation globale polytechnique valorisant tous les langages (artistique, mathématique, scientifique, philosophique…) dans une perspective transversale.

- la construction des connaissances dans le cadre de projets collectifs et individuels

- le tâtonnement expérimental

- une construction de la « citoyenneté » par une vie coopérative instituée et instituante

- l’évaluation formative, la co-formation, l’auto-évaluation

 

Cela suppose  :

- la notion de cycles d’apprentissage permettant de distinguer classes d’âge et classes d’apprentissage et de personnaliser les parcours des élèves dans le  cadre des exigences institutionnelles.

- la constitution d’équipes d’enseignants, éducateurs, chercheurs réunis autour d’un projet cohérent au sein d’une école, d’un établissement.

- l’ancrage de l’Ecole dans son environnement social et culturel et son ouverture au monde.

 

Mise en oeuvre institutionnelle

 

Pour être au mieux en cohérence avec un service public de qualité, pour la réussite de nos projets coopératifs, certaines conditions sont nécessaires :

§         Regroupement des enseignants sur des postes à contraintes particulières

§         Membres de l’équipe coresponsables du fonctionnement global de la structure

§         Un lieu spécifique par structure, à taille humaine et dans un cadre architectural adapté

§         Des équipes en réseau

 

Nous revendiquons le droit d’exister et d’être considérés comme constituants du Service public d’éducation, au même titre que tous les projets d’école ou d’établissement.

 

Nos équipes coopératives se donnent, entre autres buts, la diffusion et la transférabilité de leurs pratiques et fonctionnements.

A cet effet, elles s’inscrivent dans les règles de sectorisation et ont besoin de moyens financiers équivalents à tous les autres établissements.

Elles sont par essence en situation de recherche action et, de ce fait, constituent des lieux permanents de co-formation pour chacun de leurs membres.

 

Par ailleurs ces équipes doivent pouvoir être des lieux d’accueil négocié pour la recherche et pour la formation initiale ou continue dans le cadre des plans de formation. Pour cela elles doivent bénéficier du statut de «formateur collectif associé».

 

L’évaluation du projet, inscrite dans le temps, est nécessaire et doit faire l’objet d’un contrat entre les acteurs du projet et l’institution..

Cette évaluation concertée intègre les productions écrites de l’équipe, ses recherches, ses travaux avec les partenaires, mouvements pédagogiques, universitaires… Ses résultats sont diffusés.

 

Nous souhaitons que les instances paritaires de l’Education Nationale (Ministère, Rectorats, Inspections académiques et syndicats) se penchent :

- sur la résolution de la contradiction actuelle entre les modalités du mouvement des enseignants centré sur une problématique de gestion interne et la constitution d’équipes centré sur une problématique de coopération.

- sur la pérennisation des projets sur des bases contractuelles.

- sur la liaison effective entre tous les niveaux de la hiérarchie scolaire et les collectivités territoriales concernées.

Ceci permettra de formaliser des procédures communes, officielles, connues et reconnues de tous.

Nous postulons que ces pratiques éducatives participent effectivement à la lutte contre les violences et les exclusions.

 

***

 

I. L'ETABLISSEMENT.

 

 

1-Les locaux :

 Les principes généraux d’implantation :

 

                                 La ville de Bagnolet dispose d’un local à réaménager dans le quartier de La Noue.Le bâtiment est donc situé à la limite de Bagnolet et de Montreuil. Il donne sur une grande esplanade piétonne, et sur le parc de La Noue qui dispose d’un stade. Il est éloigné des établissements scolaires du secteur.

Pour les transports, un bus passe à proximité.

                                   Ce local a été visité en mai 2001 par l’architecte du PACT-ARIM, monsieur Bernard Boullier, en présence de monsieur Andry, du Rectorat de Créteil et de deux conseillers municipaux ( urbanisme et développement économique ) de la ville de Bagnolet.

                                  La ville est très intéressée par ce projet qui pourrait s’inscrire dans un projet de réhabilitation de ce quartier et du bâtiment en particulier ( 9000 m2 de surface totale ) que la mairie envisage pour l’instant de louer à des associations avec lesquelles le collège - lycée pourrait nouer des liens de façon à créer un réseau d’insertion dans l’environnement : associations de quartier, Centre Toffoletti ( centre socio-culturel de quartier, avec écrivain public ), ateliers d’artistes, pépinières d’entreprises, projets du "Centre des Ballets pour demain". Le projet de création du collège – lycée s’insère donc dans une dominante associative, culturelle, éducative.

                                  La faisabilité de l’installation de DECLIC dans ces locaux a été approuvée. Des plans provisoires ont été étudiés pour la disposition des salles de travail, CDI, sanitaires et réfectoire sur une surface qui pourrait être de 700m2 au Rez - de Chaussée du bâtiment. Actuellement, c’est un plateau sans cloisons, disposant de sanitaires. Chauffage en fonctionnement. Les travaux (cloisonnement, sols, et électricité) seraient réalisés par l’organisme en charge de la gestion de ce local, le PACT-ARIM.

                                   La surface variable des  salles de travail serait sur la base de modules de 25 m 2 (groupes de 10 à 20 élèves), soit environs 160m2, le CDI de 130m2, les sanitaires de 40 m 2, La salle des professeurs, ( salle de réunion ) de 100m2, le réfectoire et les offices de 150 m 2, le secrétariat de 25 m 2, la salle de travaux pratiques avec point d’eau de 25m2. Normes scolaires étudiées et possibles. Ces locaux pourraient accueillir 150 élèves, pour la première tranche, 300 à terme avec extension aux étages supérieurs.

                                   Le loyer serait globalement de 46 000. à 61000 Euros (non encore précisé ) à redéfinir selon la surface réellement nécessaire (entre 500 et 700 m 2 ). A plus long terme, l’association propose de réfléchir à un projet d’internat - externat, puisque les locaux le permettraient.

 

                                  Ce projet était confirmé et engagé dans son principe lors d’une réunion dans les locaux de l’Inspection académique le vendredi 23 novembre 2001

 

 

2 -L'établissement de tutelle

 

Etablissement de tutelle proposé :

Collège Politzer

52 rue Jules Ferry              93170 Bagnolet.

Principal : monsieur Sadoun.

 

Fonctionnement à définir ultérieurement :

Par exemple :

- Le principal de l'établissement de tutelle signe tous les ordres de mission, la notation des enseignants, etc. Il transmet les circulaires. De façon générale, tous les documents administratifs passent par le principal de tutelle par la voie hiérarchique.

- Le principal de l'établissement de tutelle est invité à participer au Conseil d’Equipe de la structure expérimentale.

- Le budget prévisionnel est voté chaque année par le C.A. de l'établissement de tutelle. L’intendant de l'établissement de tutelle est l’agent comptable de la structure expérimentale.

-Plusieurs établissements peuvent prendre part à la tutelle.

 

 

3. Les élèves :   Observation des besoins

 

Partant du constat :

-de l'augmentation de la violence dans les établissements scolaires,

-du fait que les établissements scolaires du secteur sont surchargés,

-du fait qu’élèves et professeurs se sentent seuls dans la relation duelle professeur -élèves classique,

-du fait que les élèves abordent les savoirs dans une attitude passive et consumériste,

-du fait de la difficulté constante de leur expression orale,

-du fait que les élèves avancent plus vite dans certaines disciplines, et ne s'intéressent plus aux disciplines dans lesquelles ils ont des difficultés, handicapant parfois gravement leurs études,

-du fait que certains parents en désespoir de cause et sans motivation religieuse particulière les inscrivent dans des établissements privés,

                                                                                                                                                             nous proposons  l'ouverture d'un établissement dont le fonctionnement coopératif s’adresse à tous les élèves : à ceux issus des classes primaires du quartier, aux " élèves en difficulté», comme aux élèves plus simplement concernés par "l’ennui scolaire ", voire même "surdoués"...

                                     Il pourrait accueillir à terme entre 250 à 300 élèves car seules de petites unités permettent un réel suivi individuel et un travail d’équipe.

 

            a. Des élèves du quartier

 

                                     L’accueil d’élèves issus des établissements primaires dans lesquels les élèves ont déjà acquis une expérience du travail autonome et de la prise de responsabilités facilitera la mise en place des pratiques citoyennes.

 

                                      Les élèves adhèrent au contrat pédagogique : basé sur l'apprentissage de la citoyenneté, la pédagogie active et institutionnelle, la prise de responsabilité dans la vie quotidienne de l'établissement et les projets, l'apprentissage progressif de l'autonomie.

 

            b. Sectorisation

 

Nous demandons à être sectorisés, de façon à ce que ce type de structure soit transférable. Cette sectorisation, avec l'accord sur le principe de monsieur l'Inspecteur d'Académie, concerne en premier lieu les élèves du quartier de La Noue à Bagnolet, obligés pour le moment de se répartir sur les autres établissements de Bagnolet, voire de Montreuil.

 

Recrutement des élèves :

Une information rédigée en commun entre le référent de la structure et l’Inspecteur d'Académie sera transmis à tous les chefs d'établissement et directeurs d'école du département pour informer les parents.

Les parents font parvenir à l’IA leurs demandes d’inscription.

L’inspecteur d’Académie affectera les élèves.

Pour l’ouverture 2002-2003, DECLIC se propose d’organiser des réunions d’information.

 

Effectif rentrée 2002 : 60 à 80 élèves.

A terme : 300élèves.

 

 

4.La communauté éducative. 

                             

a. l’équipe permanente.

 

Parents, enseignants, adultes travaillant régulièrement dans la structure, constituent l’équipe éducative. L’équipe éducative est garante du projet spécifique de l’établissement et de sa mise en œuvre.

L’équipe élargie aux autres personnes(enfants et adultes) partageant la vie de la structure se réunit régulièrement, tous les quinze jours.

Un enseignant coordinateur assume le rôle de référent auprès des autorités hiérarchiques.

Nous souhaitons la création d’un EPLE.

 

 b. Les intervenants :

 

-culturels. En liaison avec les associations de quartier en priorité, puis les grandes instances culturelles. : Conférenciers, conteurs, animateurs d’atelier…

-D’éducation. Différents adultes, et notamment les parents peuvent intervenir dans les ateliers suivant des compétences reconnues.

-de santé. Les intervenants habituels à l’Education Nationale, avec un soutien des CMPP.

 

c. Les parents :

 

Ils font partie intégrante de la vie de l’établissement, et s’insèrent en cohérence dans la réflexion sur l’éducation des enfants, dans un travail d’équipe. La scolarité de leur enfant doit être transparente et les décisions expliquées pour éviter les malentendus. Outre le rôle classique qu’ils occupent par les textes existants ( conseils trimestriels, rencontres organisées avec les professeurs, participation aux sorties ou voyages d’élèves…), ils pourront rencontrer tout membre adulte de l’établissement aux cours de réunions conviviales : tuteur notamment. Ils pourront parrainer les nouveaux arrivants, partager leurs compétences professionnelles et extra -professionnelles, notamment dans le cadre du Réseau d’Echanges des Savoirs et pour la mise en place de la politique d’orientation et d’insertion professionnelle mise en place dans le cadre de l’établissement. Il serait intéressant qu’un lieu de rencontre leur soit réservé à l’intérieur de la structure..

 

d. Les personnels assurant le travail administratif et les services.

 

Le principe de collégialité et de partage des taches de l’équipe enseignante assure une organisation permettant à tous les membres du collège-lycée d’assurer la plupart des tâches d’enseignement et de gestion de l’établissement (y compris les tâches habituellement dévolues à l’administration, au personnel ATOSS, etc.)

Participation des enfants pour des raisons pédagogiques à la hauteur de leurs capacités.

 

e. Les personnels assurant l’encadrement.

 

L’organisation et le fonctionnement se doivent d’être en cohérence avec les objectifs annoncés : la gestion coopérative de la direction offre une alternative performante au mode de direction traditionnel. Le Conseil des enseignants est un organisme de réflexion et de décisions.

 

*la collégialité.

 Les enseignants organisent l’encadrement en coordination avec une Conseillère Principale d’Education.

 

*le coordinateur.

 Il a un rôle de référent auprès des instances officielles. Il répercute les décisions prises en Conseil et diffuse à l’équipe les informations nécessaires au bon fonctionnement de la structure.. La responsabilité de chacun est engagée. Une réunion hebdomadaire est nécessaire.

 

*le tutorat.

Le tuteur aide l’élève à organiser son travail et à gérer son temps. Pour cela, ils élaborent un -ou plusieurs- plan de travail individuel et contractuel, qui permet à l’élève :

 * d’individualiser son parcours

 * d’être plus motivé

 * de se sentir davantage acteur de sa propre formation.

Le tutorat est prévu à l’emploi du temps hebdomadaire, pour les élèves, comme pour les professeurs.

*le Groupe Référent.

Plusieurs élèves et un adulte par groupe, se chargent de fonctions particulières utiles à la gestion de la structure. Un Groupe Référent est formé de 10 à 14 élèves multi -âges et présentant une certaine diversité, et d’un adulte tuteur. L’élève est affecté dans un groupe au hasard à son arrivée dans l’établissement ; à partir de la 2e année, les affinités seront prises en compte tout en ayant le souci de préserver la diversité des groupes. Le Groupe Référent se réunit régulièrement, une fois par semaine.

 

II. LES PARTENAIRES.

 

1.Le Comité scientifique.

 

L’évaluation de l’établissement dans son ensemble est un élément fondamental du projet. Jacques Pain, responsable du secteur « Crise, Ecole, Terrains sensible » (Sciences de l’Education, Paris X) nous a proposé d’intervenir. Dans le cadre de la recherche-action, il travaillera avec Marie-Anne Hugon.

Il serait souhaitable que nous obtenions des crédits d’encadrement (crédits de suivi, de recherche et d’évaluation).

Afin d’assurer un suivi régulier et approfondi, Jacques Pain a prévu une rencontre par

semaine.

               

2.L’IUFM de Bonneuil.

 

Projet de Convention avec l'IUFM :
En réponse à l'entrevue de Martine Bideau avec Jean -Louis Auduc, directeur -adjoint de l'IUFM, 3 jours de stage en mars pourraient être préparés par DECLIC pour sensibiliser une vingtaine de stagiaires aux pédagogies actives, institutionnelles, Freinet, etc.. Ensuite, quelques-uns parmi eux pourraient choisir de nous aider à préparer la rentrée et s'impliquer avec nous dans la concertation, ce qui constituerait leur formation.
Il faudra des volontaires dans plusieurs disciplines pour mener cette formation.

 

3.Les Réseaux d’Echanges de Savoirs.

 

Initié par Claire Hébert - Suffrin dans ses classes de primaire puis étendu aux adultes, le RES est devenu un outil simple et efficace d’intégration.

Les réseaux fonctionnent selon une règle simple : il faut à la fois « offrir » un savoir et « demander » un savoir. En bref, avoir le souci d’échanger. Intervient alors un personnage très important pour le fonctionnement du Réseau : le médiateur, qui non seulement va écouter le nouvel arrivant, l’aider à préciser son offre (tout le monde sait quelque chose, mais la plupart des gens n’ont pas conscience de la richesse qu’ils représentent dans un groupe), affiner ses demandes et bien sûr le mettre en contact avec la ou les personnes intéressées.

Au sein d’un établissement de type Déclic, afin d’initier correctement le RES, la présence de professeurs formés par des praticiens du RES sera déterminante pour la bonne poursuite du projet : la médiation et la formation de médiateurs élèves placeront le Réseau sur des bases solides.

D’autre part, nous utiliserons un « arbre de connaissance » (selon la terminologie de Michel Serres). Les savoirs échangés dans l’établissement y apparaîtront, via un logiciel à acquérir ou à fabriquer.

 

 

 4.Dispositif «  écoute /Conseil »

 

 Avec une équipe du CMPP (Centres Médico - Psycho -Pédagogiques), les éducateurs P.J.J.(Protection Judiciaire de la Jeunesse et La D.A.S.

 

 

 

III. LA VIE CITOYENNE.

 

1) Les avantages d’une pédagogie citoyenne.

 

Une pédagogie coopérative, une citoyenneté active : pour responsabiliser les élèves et faire face à la violence.

 

a. Le primat de la parole.

 

Nous voulons donner une part très importante à « la parole ». Le conseil, et de façon plus générale le dispositif coopératif, assurent le primat de la parole sur le passage à l’acte. Pour réduire la violence, il faut aider les adolescents à réfléchir avant de passer à l’acte, leur faire prendre du recul sur les causes et les conséquences de leurs agressions, installer le sursis à l’acte au centre de la vie quotidienne.

 

b. La philosophie dès la sixième.

 

« La philosophie n’est pas une discipline à part. Elle ne vise pas l’établissement d’un système de pensée. Elle est une attitude, un comportement à la fois interrogatif et, avant tout, exclamatif. Le moment même de l’exclamation, c’est l’étonnement. »

Henry Maldiney ( Chimères n°44. automne 2000 ).

 

* En ce qui concerne l’équipe enseignante :

 

Toute pédagogie est solidaire d’une philosophie comportant en particulier une représentation de l’être humain et, singulièrement, du sujet apprenant. Mais la philosophie du projet ne se construira véritablement que par une édification pragmatique dans le pas à pas de l’expérience.

L’équipe enseignante a à s’interroger sur la philosophie implicite ou explicite qu’elle met en œuvre dans le projet. Elle a à édifier une analyse précise de ce que c’est qu’apprendre et, corrélativement, de ce que c’est qu’enseigner. Elle a à élaborer en début d’année un questionnaire précis sur les modalités individuelles d’apprentissage.

 

* En ce qui concerne l’élève :

 

Pour nous, s’impliquer dans une interrogation philosophique engage l’acte d’apprendre qui, dès la sixième permet à l’élève  :

- d’unifier les multiples démarches d’apprentissages dans un projet global,

-de se comprendre lui-même et la place qu’il occupe dans la communauté,

- de construire des sens en interrogeant continuellement la réalité et en cherchant des  clefs pour   la compréhension du monde,

-de rendre possible l’édification d’un projet personnel pourvu de sens.

 

c. Valoriser les compétences personnelles.

 

 Valoriser les compétences personnelles, les réussites et faire retomber les tensions.

 Nous proposerons des situations dans lesquelles l’élève peut réussir, même s’il s’agit au début de réussites dans des domaines péri- para- scolaires (qu’il faudra valoriser).

 

d. Réguler les conflits dans le respect mutuel et par des médiations.

 

Admettre l’existence des conflits :  le conflit est une chance qui permet au moins la révolte, qui reconnaît l’autonomie de la conscience et la possibilité de l’exercice de la liberté.

Apprendre à respecter l’autre, c’est apprendre à respecter ses contradictions, ses défauts, et à les assumer pour les changer. Apprendre à se respecter, c’est aussi apprendre à respecter les autres. Si la pédagogie respecte les différences et les besoins des élèves, les règles de l’école sont précises et chacun s’engage à les observer. Si les conflits peuvent, et même doivent exister, ils doivent aussi se régler par une écoute mutuelle.

L’équipe privilégie la parole et l’écoute, ainsi que la coopération avec des intervenants extérieurs, pour gérer les conflits autrement que par l’affrontement. Le dispositif coopératif  permet de canaliser la violence par la constitution de « médiations » (et de s’abstraire ainsi des dangers inhérents à la relation duelle). Un « médiateur » (le tuteur ou une autre personne, extérieure) peut aussi être un recours possible.

- Mise en place de dispositifs spécifiques pour les enseignants : il s’agira en particulier d’un « Groupe de régulation » : groupe de parole et d’analyse (animation souhaitée par un psychanalyste maîtrisant la Pédagogie et la Psychothérapie Institutionnelles).

- Mise en place de dispositifs spécifiques pour les élèves : « Ecoute /conseil » individuel en partenariat avec une équipe de C.M.P.P. (Centres Médicaux Psycho -Pédagogiques) et le C.O.P. (Conseiller d’Orientation Psychologue). Un suivi individuel et régulier pourra aussi être établi avec les éducateurs P.J.J. (Protection Judiciaire de la Jeunesse) ou D.A.S. (Direction des Affaires Sociales)

- Un Conseil de conciliation siégera toutes les semaines. Il réunira 5 membres autour du CPE qui seront désignés par tirage au sort : 1 professeur, 1 parent, 1 personnel ATOSS et 1 élève.

- D’autre part, notre établissement aura vocation à développer un partenariat, afin de contribuer à retisser, sur les lieux de vie même des jeunes, le « lien social » (sont concernés : associations de quartiers, clubs de jeunes...).

 

 

2)La vie citoyenne.

 

A. Le Conseil de l’équipe éducative. (CEE)

 

Tous les 15 jours, le Conseil d’Equipe se réunit pour prendre toutes les décisions concernant l’établissement, par vote. Par exemple :

10 membres, soit :

- 8 délégués élèves pour le collège élèves.

- 2 délégués adultes pour le collège adulte.

Chaque collège est élu pour une période et a le même nombre de voix.

 

Il est constitué des adultes de la structure  et des délégués du groupe référent. Un Conseil hebdomadaire, regroupant les élèves et les personnels, aura lieu pour gérer la structure ; lieu d'expression et d'apprentissage de la démocratie, ce conseil sera un organe de régulation d'éventuels conflits.  La pédagogie active est une pédagogie coopérative où les élèves doivent apprendre à se respecter, s'entraider et discuter en argumentant leur point de vue.

 

Les objectifs pédagogiques du Conseil :

Mettre en place une réelle éducation à la citoyenneté.

                                    

Les fonctions du Conseil :

           1. Assurer le suivi des groupes.

           2. Créer une loi commune,  montrer que le respect des règles de fonctionnement permet de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions possibles.

           3.Gérer la vie de la structure.

 

B. Le conseil du  Groupe Référent. (CGR)

 

Un Groupe Référent est formé de 10 à 14 élèves multi -âges et présentant une certaine diversité, et d’un adulte tuteur. Le Groupe Référent se réunit plusieurs fois par semaine et au minimum chaque semaine.

   

Objectifs :

 

Toutes les décisions prises en bilan sont transmises au délégué qui représente le groupe au Conseil de l’équipe éducative. C’est ainsi un lieu d’expression et de décision pour les élèves.

Avec les plus jeunes, les tuteurs co-animent les bilans et cherchent à éveiller chez les enfants la capacité à écouter l’autre, à prendre la parole, à justifier leurs interventions. Dès que possible, cette réunion est préparée et organisée, à tour de rôle, par 2 élèves aidés de leur tuteur. Ces élèves animent la séance. Ils apprennent ainsi à respecter un ordre du jour, à distribuer la parole, à prendre la parole et à noter  l’essentiel des informations et des débats ainsi que le résultat des votes.

 

L’objectif du conseil est d’arriver à créer une loi commune, de montrer que le respect des règles de fonctionnement permet de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions possibles.

- Pour mettre en place une réelle éducation à la citoyenneté. Pour devenir des « citoyens » de leur établissement, les élèves doivent pouvoir y prendre des décisions, y « faire les lois » ou les « règles du jeu ». Il s’agit de structurer leur relation générale à la loi.

           - Pour que les élèves se sentent « impliqués » dans le fonctionnement de l’établissement, ils prennent part aux décisions qui les concernent.

-         En instaurant dans l’établissement une réelle citoyenneté active, (pouvoir discuter, débattre et pouvoir élaborer ou remettre en question les décisions concernant le fonctionnement de l’établissement), on permet aux élèves d’élaborer d’autres rapports aux savoirs et, peut-être, d’ « apprendre  vraiment » : « la construction vraie des savoirs exige d’une certaine manière une prise de risque et une mise en question des évidences premières.

 

Fonctions du conseil du Groupe Référent.

 

*Assurer le suivi de chaque élève au sein du groupe.

*Transmettre un bilan au Conseil de l’équipe éducative.

 

 

c. Participation des élèves à la gestion de la structure.

 

A tour de rôle, pendant 2 semaines et toutes les 8 semaines, 2 groupes de base (soit 20 élèves et 2 professeurs) assurent la gestion au quotidien de l’établissement :

           

 

Objectifs pédagogiques.

 

A travers ces différents apprentissages, il s’agit notamment de mettre en œuvre l’apprentissage de la citoyenneté républicaine et des discussions qui y sont liées, c’est-à-dire un nouvel enseignement civique, juridique et social :

             -pour responsabiliser les élèves,

             -pour permettre des apprentissages méthodologiques et cognitifs en partant du « réel », cette démarche étant au cœur de la pédagogie Freinet.

 

L’équilibre entre éducation générale et formation. La gestion permettra effectivement aux élèves « d’acquérir la maîtrise d’exercices fondamentaux de la vie pratique : rédaction d’une lettre ou d’un rapport, lecture d’un tableau de chiffres, repérage sur un plan (…), usage d’un traitement de textes » et de « Mettre en contact les élèves avec les métiers de la vie réelle « .

Remarque : le travail de gestion se fera en fonction des désirs et des capacités de chacun. Néanmoins, comme lors de tout travail en groupe, il faudra éviter de donner à chacun ce qu’il sait déjà faire, ce qui ne permettrait pas de véritables apprentissages.

 

Organisation pratique.

 

Ils arrivent plus tôt le matin (dès 8 h) et repartent plus tard en fin de journée, après le ménage. Leur « temps de projet » est également consacré à la gestion.

Ils préparent le petit déjeuner et assurent l’accueil. A partir de 8h30, ils assurent le relevé et le suivi des présents et des absents.

Ils organisent, préparent et servent le déjeuner.

Ils assurent les permanences du CDI, du secrétariat  et de tous les locaux collectifs qui nécessiteraient leur présence.

Ils font le ménage.

 

 

 

IV. LE PROJET PEDAGOGIQUE.

 

1.les principes d’insertion dans l’environnement local.

 

Les relations avec le tissu associatif local seront recherchées, que ce soit dans le domaine       culturel, social ou sportif. Des conventions seront élaborées pour contractualiser ces relations, mais le recours ponctuel sera aussi possible. Le collège -lycée pourra nouer des liens avec les associations de façon à créer un réseau d’insertion dans l’environnement : associations de quartier, Centre Toffoletti ( centre socioculturel de quartier, avec écrivain public ), ateliers d’artistes, pépinières d’entreprises, projets du "Centre des Ballets pour demain". Le projet de création du collège – lycée s’insère donc dans une dominante associative, culturelle, éducative.

 

 

2.Principes d’une pédagogie active.

 

Tout est éducatif :  tous les moments de la vie scolaire participent à la mise en œuvre d’une éducation globale de l’apprenant : formation du futur professionnel, du citoyen, de la personne. Nous ne dissocions pas l’acquisition des connaissances de base dites fondamentales des autres acquisitions qui vont permettre l’épanouissement de la personnalité de l’élève : esprit de coopération, sens des responsabilités, comportement dans le groupe, capacité à devenir autonome, développement du sens artistique, du sens critique.

Un enfant ou un adolescent d’aujourd’hui à l’issu de sa scolarité, aura à faire face à de multiples contraintes, imprévus et opportunités. En relation avec un monde en mouvement, la curiosité, le  goût du savoir, la confiance en soi, et l’énergie nécessaire pour sans cesse s’approprier des connaissances nouvelles, seront des atouts. Dans un monde de surenchères d’informations, il devra aussi être doté de l’aptitude à chercher, trier, comparer, exploiter les informations. Ces savoirs divers lui permettront l’exercice de l’analyse et de la synthèse, autorisant des choix et prises de décision.

 

« Apprendre », c’est tout cela.

Etre actif en découverte signifie que :

* le professeur n’est plus le seul détenteur du savoir.

* des situations concrètes et des interrogations d’élèves seront exploitées.

* action et réflexion alterneront tout au long des réalisations.

 

Pour apprendre, il faut d’abord pouvoir confronter un fait nouveau à ses connaissances antérieures.  La confrontation oblige l’élève à déconstruire sa représentation antérieure des faits et de leurs liaisons, puis à reconstruire de nouvelles liaisons entre les faits. Confrontations entre les idées, positions des personnes, entre des sources d’informations diverses. Permettre à l’élève d’intégrer personnellement les faits nouveaux dans une situation de motivation l’autorise aussi à construire un savoir réutilisable efficacement et durablement. Il s’agit donc de créer des situations suscitant le désir et l’implication de l’élève.

 

On apprend à penser en réfléchissant bien sûr, mais aussi en manipulant, en construisant, en expérimentant. La démarche première, c’est ce « tâtonnement expérimental », ce va-et-vient entre la théorie et l’expérience : l’individu apprend si le milieu lui permet de réaliser des expériences enracinées dans son vécu ou dans son imaginaire.

Un projet d’exposé d’élève, par exemple, nécessite une recherche dans le milieu, avec élaboration d’hypothèses, vérification de celle-ci, et dans un deuxième temps, généralisation, entre autres par la consultation de documents appropriés, puis partage des connaissances avec les autres personnes, élèves ou adultes.. L’organisation d’un tel travail est exigeante, rigoureuse et suppose, aussi bien un contrat qu’un planning, avec échéance clairement déterminée.

Chacun apprend selon des procédures qui lui sont propres. Chaque élève est différent. Cette évidence implique qu’aucun  élève ne peut acquérir de la même manière et en même temps les mêmes savoirs. Les histoires personnelles, la maturation, les rythmes biologiques, sont différents. Les prendre en compte est une nécessité dans la lutte contre l’échec scolaire, comme dans la considération du parcours de l’élève « sur -doué ».

 

 

a. le regroupement pédagogique. Les cycles.

 

Chaque élève fait partie d’un regroupement pédagogique et non d’une classe.

Par exemple, un élève ne peut pas dire qu’il est en « 5e » ou « 4e ». En revanche, il peut dire qu’il est en SVT niveau 5e et en Français niveau 4e, etc.

Un élève de 5e fait partie du regroupement 6-5-4. Il peut ainsi suivre des cours de son niveau réel (par exemple, un élève pourra suivre des cours d’Anglais de niveau 6e, 5e ou 4e). Un élève qui entre en 3e peut suivre des cours 3e ou 2nde.

Le redoublement est possible dans un regroupement pédagogique : un élève peut ainsi passer 4 ans dans le regroupement pédagogique 6-5-4.

Les  élèves sont répartis en groupes de base : 1 groupe = 1 tuteur + environs 10 élèves.

 

Il existe trois cycles :

 

Le cycle 6°/5° /4° : cycle « de l’expérimentation aux premières conceptualisations »

( ou de curiosité).. Age où l’on est curieux, on veut savoir ce qui se passe dans le monde, on a le goût de « l’encyclopédique ». En revanche, les élèves ne sont pas encore capables de se projeter dans le futur, de faire des projets à long terme. Ils vivent davantage dans l’immédiat. . Des bases solides doivent être assurées

 

Le cycle 3°/2° : cycle de détermination.

Années de l’adolescence, de la remise en cause. On est plus tourné vers soi, et moins vers le monde extérieur. Elèves mal dans leur peau, qui peuvent se décourager très vite, être agressifs… Parallèlement à toutes ces interrogations, une envie d’autonomie grandissante, un besoin de repères et de certitudes. Ne les considérer ni comme des petits enfants, comme c’est le cas aujourd’hui, ni comme des adultes qu’ils ne sont pas encore. Axes forts : travail sur l’orientation (stages, enquêtes) avec la conseillère d’orientation et sur la connaissance de soi (génétique, arts & expression corporelle). Le regroupement pédagogique 3-2de dit « cycle de détermination ». Années de l’adolescence, de la remise en cause. On est plus tourné vers soi, et moins vers le monde extérieur. Elèves mal dans leur peau, qui peuvent se décourager très vite, être agressifs… Parallèlement à toutes ces interrogations, une envie d’autonomie grandissante, un besoin de repères et de certitudes.

 

Le regroupement pédagogique 3-2de a plusieurs objectifs :

 

- informer et responsabiliser les élèves de 3e, les « tirer  vers le haut » en quelque sorte en leur permettant de se rendre compte par eux-mêmes, à travers leur vécu scolaire, de ce que sont les exigences, les méthodes de travail, les contenus du second regroupement pédagogique. Une meilleure appréciation de ce qu’est la réalité d’une classe de 2de générale devrait leur permettre de travailler de façon plus motivée et de formuler en toute connaissance de cause leur choix d’orientation à la fin de la 3e.

- éviter les redoublements purs et simples des classes de 3e et de 2de qui entraînent trop souvent pour les élèves une perte de temps et de motivation et qui constituent par conséquent un gâchis, sur le plan humain comme sur le plan social. Il semble plus intéressant d’essayer de répondre aux besoins individuels des élèves en leur permettant de faire la navette entre les niveaux, selon les moments et les matières, même si cela les amène à faire leur regroupement pédagogique de détermination en 3 ans.

- Rendre plus systématique une réflexion sur l’orientation (déjà abordée dans le regroupement précédent) : aide à l’élaboration du projet personnel à travers des tests d’aptitude et des questionnaires d’intérêt, des options « orientation », des stages en entreprises, une information sur les études et leurs débouchés ;  solide préparation aux méthodes de travail du 2d cycle.

 

Le cycle 1 ère/ Tale. cycle terminal,

 

clairement tourné, par une prise de conscience des responsabilités individuelles, vers l’obtention des diplômes indispensables à la poursuite d’études ultérieures respectant une orientation réfléchie et mûrie (baccalauréat notamment).

      Le regroupement pédagogique 1ere/Tale,  terminale permet une réflexion avec les élèves sur  leurs projets de poursuite d’études vers le supérieur, permettant une  préparation motivée aux  examens.

Un chef d’œuvre fin secondaire. Il s’agit d’une création sous différentes formes où l’élève met en valeur ce qu’il a acquis durant toute sa scolarité.

 

b. Emploi du temps général : les différents  « temps «  .

 

a. Le « temps d’ouverture ».

 

De 8 h à h : le « temps d’ouverture »

Petit déjeuner -buffet - Gymnastique douce / étirements pour les volontaires, lecture des quotidiens (coins -discussion sur l’actualité), « quoi de neuf ? » (plus ou moins formel). C’est un moment éducatif :

            . le petit déjeuner vise à inciter les enfants à s’alimenter correctement le matin.

            . la présence de journaux et de discussions autour de l’actualité incitent à développer la curiosité face au « monde ». Des sujets de recherche plus poussée, à partir de l’actualité pourront être proposés à ce moment là, et éventuellement inscrits par les élèves intéressés dans leur planning de « travail autonome ».

 

b. Le temps de projet.

 

Tous les 15 jours, les élèves choisissent un projet (parmi 2 à 4 projets au moins la première année) qui sera mené pendant 20 heures (soit 2,5 heures, quatre matinées par semaine, pendant 2 semaines). La concentration de 20 heures de travail sur 2 semaines permet aux élèves de voir rapidement l’aboutissement de leurs efforts.

Définition du projet :  travail interdisciplinaire d’une équipe d’élèves et d’enseignants volontaires, qui met l’élève en activité, et aboutit à une ou plusieurs réalisations qui peuvent être présentées au public (exposition, pièce de théâtre, journal...).

 

Le projet peut avoir une dominante disciplinaire (ex : écrire puis jouer des sketches en anglais), mais le projet est surtout le moment des apprentissages interdisciplinaires. En effet, le renouvellement rapide des projets  permet aux enseignants (2 par projet) de se regrouper différemment tous les 15 jours.  Par exemple, un professeur de français pourra travailler successivement avec un professeur de physique, de dessin, d’histoire... Proposer un travail en interdisciplinarité, c’est donner l’occasion, aux élèves comme aux enseignants, de dépasser le cadre parcellaire d’une discipline, d’aller au-delà de l’accumulation des connaissances.

 

 Le projet est par excellence le lieu de l’apprentissage des « savoirs savants » et des « savoir-faire ». Grâce au projet, l’apprentissage se fait sur le vif. Ces apprentissages peuvent ensuite être formalisés, par exemple grâce à un travail sur fiches autocorrectives. Le rôle de chaque enseignant est de guider l’élève vers les démarches de travail autonome qui lui permettront de mener à bien ce projet puis de valider ces acquisitions. (Exemple : si la réalisation d’un panneau d’exposition comporte un tableau de chiffres, orienter l’élève vers une fiche de travail autonome « graphiques courbes et camembert » puis vers une évaluation de ce savoir-faire).

Les thèmes des projets sont déterminés toutes les 6 à 7 semaines, par des commissions d’élèves et d’enseignants, pendant les après-midi de la semaine précédant chaque vacance scolaire. Un projet qui nécessite plus de 20 heures peut éventuellement être reconduit (par ex. pour préparer un voyage).

 

 

                                      1.Les « ateliers long terme ».

 

Ce  temps est consacré à des projets nécessitant un investissement de longue durée : pièce de théâtre, journal...

 

                                      2.Les  ateliers d’apprentissage.

 

Les élèves s’y inscrivent pour une durée de 6 semaines. Il pourrait s’agit de cours « disciplinaires » en fonction des besoins ressentis dans le cadre des projets. 

La pédagogie active y est de mise (tâtonnement expérimental, etc.).

 

 

                                c ) Le temps d’Aide au Travail et de R.E.S.

 

Les RES sont probablement la seule innovation récente ayant réussi à recréer du lien social entre les habitants d’un quartier. . Initié par Claire Hébert -Suffrin dans ses classes de primaire puis étendu aux adultes, le RES est devenu un outil simple et efficace d’intégration. Les réseaux fonctionnent selon une règle simple : il faut à la fois « offrir » un savoir et « demander » un savoir. En bref, avoir le souci d’échanger. Intervient alors un personnage très important pour le fonctionnement du Réseau : le médiateur, qui non seulement va écouter le nouvel arrivant, l’aider à préciser son offre (tout le monde sait quelque chose, mais la plupart des gens n’ont pas conscience de la richesse qu’ils représentent dans un groupe), affiner ses demandes et bien sûr le mettre en contact avec la ou les personnes intéressées.

 

Au sein de la structure, afin d’initier correctement le RES, la présence de professeurs formés par des praticiens du RES sera déterminante pour la bonne poursuite du projet : la médiation et la formation de médiateurs -élèves placeront le Réseau sur des bases solides.

D’autre part, nous utiliserons un « arbre de connaissance » (selon la terminologie de Michel Serres). Les savoirs échangés dans l’établissement y apparaîtront, via un logiciel à acquérir.

 

Le RES sera ensuite un véritable vivier pour le collège - lycée :

Dans l’emploi du temps, nous proposons d’en reprendre les principes plusieurs fois par semaine.

Au cours de la réalisation d’un projet à long terme, un groupe pourra demander l’aide d’un élève d’un autre groupe.. Les demandes et les offres seront affichés publiquement par les médiateurs.

                  * Les échanges bilatéraux profs / élèves : un élève pourra faire un échange avec un professeur. La non-réduction de la richesse d’une personne à ses diplômes  valorise les élèves « en difficulté « .

                  *Les échanges entre élèves  : lien social renforcé, apprentissage en groupe, naissance de projets, médiation des échanges, organisation d’un réseau.

 
Ouverture vers l’extérieur ;

                  *Echanges avec des parents, des membres d’associations.

 

                                

                                d) Les temps de « travail autonome »

 

Le Groupe référent.

L’élève est affecté dans un groupe au hasard à son arrivée dans l’établissement ; à partir de la 2e année, les affinités seront prises en compte tout en ayant le souci de préserver la diversité des groupes. Deux groupes - référents forment une doublette, encadrée par deux adultes - tuteurs. Cela permet une souplesse pour la vie du groupe et la vie individuelle, et une meilleure gestion de la structure en cas d’absence d’un des deux tuteurs. En cas de difficulté relationnelle entre un élève et un tuteur, il est possible de changer de tuteur.

 

                                  e) le temps du Conseil.

 

 La réunion du Conseil.

Une fois par semaine, le Conseil de l’équipe éducative se réunit pour prendre toutes les décisions concernant l’établissement, par vote. Il comporte un collège élève et un collège adultes. Chaque collège est élu pour une période et a le même nombre de voix.

 

                                  f) le temps de tutorat.

 

Le lundi après la réunion du groupe Référent ou à d’autres moments de la journée, le tuteur rencontre régulièrement ses tutorés pour faire le point sur leur suivi :

·        Avec l’aide du tuteur, les élèves ont le droit de choisir et le devoir de respecter un contrat (engagements réciproques).

·         Ils font régulièrement le point sur ce plan de travail : le tuteur fait prendre conscience à l’élève de ses progrès et de ses difficultés.

·        Le tuteur aide aussi l’élève à formuler un projet d’orientation.

·        Il centralise les informations qu’il reçoit de l’équipe éducative. Il est l’interlocuteur privilégié entre l’élève et les enseignants, les parents et les enseignants.

 

 

V. ORGANISATION GENERALE DU TEMPS.

 

Des rythmes et des alternances nouvelles permettent de diversifier les rythmes selon les âges, les types d’élèves, les moments de la journée, de la semaine ou de l’année.

- Pour donner à chacun plus de chances de trouver son propre rythme.

- pour mieux s’adapter aux besoins de chaque activité et pouvoir proposer des activités différentes (travail autonome, ateliers, bilans, projets...).

 

1. Organisation générale annuelle.

A. Les trimestres

L’année est divisée en trois trimestres ( par exemple ) :

Premier trimestre (6 semaines) : du jeudi 3 septembre au samedi 24 octobre(par exemple)

Deuxième trimestre (14 semaines) : du mercredi 3 novembre au samedi 20 février(par exemple)

Troisième trimestre (13 semaines) : du mardi 9 mars au mercredi 30 juin. (par exemple)

Le premier trimestre est volontairement très court. En effet, il est important, et rassurant pour les élèves, de faire un bilan rapidement.

 

B. Les périodes

L’année est divisée en 5 périodes de 6 à 8 semaines, séparées par les vacances scolaires et des « week-end pédagogiques »( 3 dans l’année). Les élèves s’inscrivent dans les ateliers d’apprentissage et les ateliers long terme pour 6 semaines, au début de chaque période.

A la fin de chaque période, les après-midi de la semaine sont consacrées à l’évaluation du travail effectué et à la préparation des projets de la période suivante (cases grisées).

 

C. Les séquences

L’année est divisée en séquences de trois semaines (2 cases sur le graphique).

Les élèves s’inscrivent pour les projets court terme (les matinées y sont consacrées) pour les périodes de 15 jours.

 

D. Les semaines.

 

                           a ) Une rentrée particulière : la semaine d’intégration

 

Objectifs

·      Apprendre à se connaître

·      Définir ensemble les règles de vie

·      Se donner des objectifs à long et à court terme

Elles comportent deux types d’entretien :

·      entretien individuel (1 professeur rencontre un élève pour mieux le connaître : pourquoi est-il là ? Projet personnel ? ...)

·      en petits groupes profs -élèves :

les envies

les projets

d’où je viens, qui suis-je, où je vais...

 

Réflexion par groupes :

Quelles règles de vie au lycée -collège ? Pour réussir, et bien vivre ensemble, que doit-on mettre en place ?

·      élaboration d’une Charte.

·      répartition dans les groupes de base.

 

Travail sur les programmes et instructions des lycées et collèges.

·      En deux temps : ce que je sais / ce que je dois savoir.

·      Etablir une évaluation de rentrée sur les compétences = « ce que je sais », ce que je peux apporter aux autres.

·      Correction de l’évaluation et bilan en groupe de base, ceci permet d’élaborer le programme individualisé : « ce que je dois savoir ».

Chacun prépare son programme : « comment  vais -je apprendre » ?

 

 Encourager les élèves à être demi-pensionnaires vise aussi à socialiser les élèves.

 

                        b ) Les semaines interdisciplinaires (thématiques)

 

Pendant une semaine, les activités habituelles (projets, etc.) s’arrêtent de façon à permettre à tous de se consacrer au travail sur un thème choisi.

Par exemple une semaine sur la « Russie » peut permettre aux élèves de consacrer des séquences d’une demi-journée à la littérature russe, comme à l’histoire, à la géographie, à l’économie, à la situation politique, à la culture et à l’art de ce pays (cinéma soviétique, théâtre, peinture, musique, etc...). Un déjeuner pourrait être organisé pour déguster différentes spécialités (Borsch...).

 

                                     

2)Organisation générale hebdomadaire.

  

Exemples d’emploi du temps par regroupements pédagogiques  (base : 1ère année/100 élèves »6ème-2de »)

 

 

 

 

Lundi

Mardi                     

 

Mercredi

 

Jeudi

Vendredi

 

Samedi

 

8h00

Petit déjeuner

 

Gym,

Quoi de neuf,

journaux

 

 

8h30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9h00

Projet

Projet

 

Atelier

 

Projet

Projet

 

Atelier

 

9h30

« 

« 

 

d’apprentis-sage.

 

« 

« 

 

d’apprentis- sage.

 

10h00

« 

« 

 

« 

 

« 

« 

 

« 

 

10h30

« 

« 

 

Pause

 

« 

« 

 

Pause

 

11h00

« 

« 

 

RES

 

« 

« 

 

Evaluation

 

11h30

      Pause

     Pause

 

 

 

      Pause

     Pause

 

et

 

12h00

Atelier

Atelier

 

 

 

Atelier

Atelier

 

travail écrit

 

12h30

d’apprentis-sage

d’apprentis-

   sage.

 

 

 

d’apprentis-sage.

D’apprentissage.

 

 

 

13h00

Déjeuner

Déjeuner

 

Pique-nique

 

Déjeuner

Déjeuner

 

Pique-nique

 

13h30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14h00

Réunion G.R.

Atelier

 

Activités

 

RES

Atelier

 

Activités

 

14h30

Réunion       Conseil

long

 

organisées

 

 

long

 

organisées

 

15h00

de l’équipe éducative

terme

 

par

 

 

terme

 

par

 

15h30

Tutorat

 

 

assoc.

 

Atelier

 

 

assoc.

 

16h00

et

 

 

locales

 

d’apprentis-   sage

 

 

locales

 

16h30

RES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17h00

Ménage pour le groupe de gestion...

 

Concertation

profs en //

 

 

 

 

a) élèves.

 

Présence obligatoire :

·      Pour le petit déjeuner de 8h30 à 9h.

·      Pour le déjeuner

·      Pour la gestion (3 fois 2 semaines soit 6 semaines par an) : cuisine, ménage, secrétariat.

·      Le lundi après-midi, lors de la réunion du Groupe-Référent et pour les rendez-vous de tutorat

·      Trois heures par semaine pour le temps d’Echanges de Savoirs.

La présence dans l’établissement est donc obligatoire (avec ou sans activité) de 8h30 à 14h (jusqu'à 16h30 le lundi).

Chaque élève décide toutes les six semaines, dans son contrat, les cours, projets, etc... auxquels il s’engage à venir.

 

 

Exemple d’emploi du temps possible pour un élève de niveau 6e ou 5e

 

 Activités possibles dans l’établissement

 

 

lundi

 

mardi

 

mercredi

 

jeudi

 

vendredi

 

samedi

 

 

 

8 h

 

 

 

petit déjeuner

 

petit déjeuner

 

 

petit déjeuner

 

 

 

 

9 h

accueil et travail autonome

 

projet

 

anglais 1

 

 

 

projet

 

 

 

10 h

travail autonome

 

 

projet

 

travail autonome

 

conseil

 

projet

 

 

 

11 h

anglais 1

 

 

projet

 

travail autonome

conseil

 

projet

 

 

 

12 h

 Apprentis-sages

 

 

Apprentis-

sages   

 

 

 

Apprentis-sages

 

Apprentis-sages

 

 

 

13 h

déjeuner

 

 

déjeuner

 

 

déjeuner

 

déjeuner

 

 

 

14 h

 

projet

 

RES

 

 

projet

 

EPS

 

 

 

15 h

projet

 

 

RES

 

 

projet

 

EPS

 

 

 

16 h

projet

 

 

 

 

 

projet

 

 

 

 

 

 

-Professeurs :

 

Horaires des professeurs : 24heures, à définir. Soit, par exemple un taux horaire  de 18 h + 3h. (6x1/2).

 

Matières « spécifiques » : par exemple.

Horaires du professeur d’Anglais & emploi du temps

Emploi du temps montrant en grisé le service minimum de tous les enseignants 

(sauf langues et  EPS dans la mesure où des cours spécifiques sont conservés dans ce modèle)

 

 

 

lundi

mardi

mercredi

jeudi

vendredi

samedi

8 h

petit déjeuner

 

petit déjeuner

petit déjeuner

petit déjeuner

petit déjeuner

 

9 h

anglais 4

 

projet

anglais 1

EPS moyens

anglais 5

projet

 

10 h

anglais 2

 

projet

anglais 5

EPS

moyens

conseil

projet

 

11 h

anglais 1

 

projet

anglais 2

EPS grands

conseil

projet

 

12 h

ang 4 ou divers

 

esp 2 ou divers

anglais 3

EPS grands

anglais 4 ou divers

espagnol 1 ou divers

 

13 h

déjeuner

 

déjeuner

déjeuner

déjeuner

déjeuner

 

14 h

 

projet

RES

 

projet

espagnol 2

EPS petits

 

15 h

projet

 

RES

 

projet

espagnol 3

EPS petits

 

16 h

projet

 

esp 1

 

projet

 

 

 

 

 

 

(projet possible)

 

 

18 h

 

concertation profs

 

 

(projet possible)

 

 

 

 

VI. L’EVALUATION.

 

1) des élèves.

                          

F. Dolto écrit : « la répétition a valeur sécurisante. Ce qui est créatif est incomparable, fait courir des risques ». Nous avons tous besoin, et de sécurité, et de prendre des risques.  Il faudrait donc revoir les types traditionnels d’évaluation et compléter les exercices de mémorisation par des exercices faisant davantage appel à la créativité, à la capacité de rechercher des informations et des documents.

Les élèves doivent comprendre l’évaluation et la gérer avec l’équipe enseignante.

Nous proposons donc trois modalités d’évaluation :

 

A. Auto-évaluation, par chaque apprenant :

 

- à l’aide d’outils proposés par l’équipe éducative, propres à chaque discipline, à l’aide de supports diversifiés (fiches de travail autocorrectives, outils informatiques...)

-         à l’aide du plan de travail co-rédigé par chaque élève et son tuteur : c’est une évaluation dynamique destinée à aider les élèves, et pouvant être lue par les parents.

 

 

B. Evaluation experte :

 

            -évaluations sommatives régulières, proposées et non imposées, anonymes, et fondées sur des barèmes.

Tous les samedis matin, les élèves ont la possibilité de passer des examens (« évaluations expertes » ou « évaluations sommatives ») fondés sur des barèmes, qui aboutissent à 2 évaluations :

- Une évaluation « formatrice » préparée par l’enseignant et l’élève, en termes « d’acquis/ Non acquis/ en cours d’acquisition/ ce que je dois améliorer)

            -Une évaluation notée. Les critères d’évaluation auront été construits avec les élèves avant l’évaluation. En effet, si la note est construite avec l’élève, elle est formatrice. Elle permet aussi de rassurer des adolescents en leur permettant de savoir « où ils en sont » par rapport à un cursus classique. Les élèves travaillent sur fichiers autocorrectifs, recherches documentaires, classiques ou par Internet. La composition du groupe n’est pas déterminée.

L’intervention du groupe référent permettrait de souder le groupe et à des élèves d’âges divers de s’entraider.

 

 

C. Évaluation par le groupe :

 

- Socio-évaluation : outils proposés par l’équipe éducative permettant d’évaluer des travaux tels que les exposés ; évaluation-bilan réalisée en fin de séquences didactiques vérifiant l’acquisition des savoirs et savoir-faire, en identifiant notions et vocabulaire spécifiques.

- Evaluation coopérative, ou « réunion de groupe » (« Conseil » ), destinée à vérifier collectivement la pertinence des moyens mis en œuvre pour l’organisation du travail scolaire.

 

Ces trois modalités doivent permettre de valider un cycle :

 

Pour valider un cycle

 

(c’est à dire pouvoir passer dans le cycle supérieur), il faut :

- Avoir obtenu au minimum 40 Unités de Valeur (U.V.), soit en moyenne 20/an. Parmi les 40, il faut au minimum 20 U.V. de « projets à court terme » (projets sur 15 jours tous les matins) et 2 U.V. « atelier long terme ».

- Avoir présenté au minimum un « mémoire » par trimestre, soit 6 par cycle.

Au moins une fois par trimestre, chaque élève choisit un thème qui l’intéresse et réalise un travail approfondi qu’il présente sous la forme visuelle de son choix (soit un travail écrit seul, soit un travail écrit associé à une autre forme d’expression visuelle : B.D., article, dossier, affiches, panneaux d’exposition, vidéo, photo, site web...). L’élève est ainsi réellement amené à construire des projets personnels. Pour mener à bien ces réalisations, il peut être aidé par des personnes ressource pendant les temps d’aide au travail et de R.E.S.

 

Obtention des Unités de Valeur :

La participation à un cours ou un projet permet d’obtenir une U.V.

 

1 « projet-matin » de 15 jours (soit 2,5h x 8 = 20 h de travail)

   1 U.V.

1 atelier d’apprentissage de 2h30 / sem. suivi pendant 6 semaines (2,5 x 6= 15 h)

   1 U.V.

1 atelier long terme de 3 h sur 6 semaines (3 x 6 =18 h )

   1 U.V.

1 semaine interdisciplinaire (thématique)

   2 U.V.

 

Un élève obtient une U.V. :

- en venant régulièrement (assiduité)

- en participant sérieusement et activement au travail du groupe (préparer un exercice de grammaire pour un atelier cours, apprendre son texte pour une pièce de théâtre, etc...)

 

La socio-évaluation (ou évaluation par le groupe) est également prise en compte. Les projets et les ateliers long terme aboutissent à des réalisations concrètes (expositions, publications...) que le groupe évalue. En atelier d’apprentissages, le groupe peut aussi évaluer des travaux individuels tels que des exposés.

 

Suivi de l’évaluation :

 

· Un cahier personnel d’évolution / évaluation, qui suit chaque élève.

            Il y inscrit à la fin de chaque trimestre, avec l’aide de son tuteur :

            * Les U.V. obtenues

            * les « mémoires » réalisés

            * Les résultats des « évaluations expertes »

            * Ses progrès en termes d’acquis / non acquis, à l’aide de tableaux de compétences (ex : en grammaire anglaise : je sais utiliser le passé, etc.).

·      Evaluations trimestrielles :

Le dernier samedi de chaque trimestre, chaque élève :

* remplit son cahier d’évaluation avec son tuteur

* expose ses réalisations du trimestre et présente oralement son mémoire (chaque élève doit réaliser au moins un mémoire par trimestre, voir ci-dessus).

Chacun montre ainsi ce qu’il a fait : on fête ainsi des « réussites ». Les parents sont invités ce samedi là à voir les travaux effectués et affichés, et à rencontrer l’élève et son tuteur. Ce samedi de « fête des réussites » remplace le bulletin.

                

                       2- des professeurs.

 

Le travail d’équipe doit pouvoir être apprécié dans son apport professionnel : implication, participation, concertation, travail permanent des relations interdisciplinaires.

Le travail personnel de formation professionnelle doit être reconnu dans son originalité et sa pertinence.

Ces évaluations seront travaillées en relation et en co-formation d’équipe avec les institutions.

 

                       3- de la structure.

 

La validité de l’évaluation sera en relation avec des critères liés aux objectifs de la structure. Ces critères sont à travailler en équipe. Les objectifs actuels sont ceux annoncés dans ce projet.

 

                        4- de la recherche-action.

 

Le Conseil d’équipe, en relation avec ses objectifs, évaluera régulièrement l’adéquation du travail de recherche-action avec les objectifs fixés au départ.

 

___________________________________________________________________________

 

 

VII. LES BESOINS EN PERSONNES PERMANENTES.

 

 

1) L’équipe enseignante.

 

-7 à 8 postes d’enseignants –éducateurs polyvalents, dont une documentaliste, pour entre 60 et 80 élèves.

-un CPE.

L’équipe éducative sera choisie sur profil de poste, ou poste spécifié, (PEP3), ou « mouvement particulier », et non sur barème. Le projet pédagogique se déployant autour d’une pédagogie active et institutionnelle, les enseignants seront choisis sur postes spécifiques, et selon quatre principes essentiels :

            * Avoir déjà tenté de développer les objectifs du projet Déclic (une pédagogie active et coopérative, un travail sur des projets inspirés de la « pédagogie Freinet » et de la « pédagogie institutionnelle ») dans son établissement d’origine.

            * S’insérer dans un travail d’équipe qui englobe la totalité du fonctionnement de l’établissement : enseignement, administration, animation, tutorat.

            * Travailler sur la définition du projet jusqu'à l’ouverture de l’établissement.

            *S’investir en conséquence (temps de présence, prise de responsabilités).

Les membres de l’équipe éducative sont en délégation pour un an la première année.

 

 

2) Les Atoss.

-un atoss pour  DECLIC(coordination des  groupes référents)

-un demi poste pour aider à la cuisine dans les locaux du collège de rattachement.

 

 

3)Les emplois jeunes.

-un emploi jeune pour s’intégrer à l’équipe éducative.

 

 

VIII. LES BESOINS EN MOYENS.

 

                   1.financiers :   

- loyer des locaux du Pact-ARIM : de  46 000 à 61 000 euros/an. ,

- fonctionnement : 46 000 euros / pour la première année.

 

                   2.logistiques :

L’équipement des locaux ainsi que son architecture intérieure doivent prendre en compte les changements opérés dans la pédagogie. Travaillant parfois seul en autonomie, ou en petits groupes, ou encore en très grands groupes (réunion, exposés ), les élèves ont besoin d’un mobilier adaptable à toutes les situations, dans l’esprit du mobilier modulaire.

 *équipements en tables, chaises, armoires, bureaux, tableaux…sous forme d’éléments modulaires.

 *équipement d’un réfectoire et d’une pièce pour réchauffer les repas fournis par l’établissement de rattachement, le collège Politzer de Bagnolet.

 *équipement d’un labo pluridisciplinaire : SVT, techno, hist géographie…

 *équipement d’un « labo de langue », ou plus exactement « audio », équipement qui peut   s’intégrer au CDI, permettant aux élèves de travailler l’oral dans plusieurs disciplines.

 *équipement téléphonique et informatique.

 *documentation du CDI en livres, diapos, fichiers, outils ICEM, DVD…

 

                   3.complémentaires éventuels :

abonnement téléphonique, Internet, abonnement aux magazines, adhésions collectives aux associations environnantes, aux instances culturelles…

 

 

 

IX. LES BESOINS POUR LA FORMATION, LE SUIVI, L’EVALUATION.

 

De  mars à juin 2002 :

 

*Préparation de la rentrée : -deux heures de décharge. / semaine en recherche-action ou HSE (selon les situations locales ), avec remplacement par des TZR, pour l’équipe préparant la rentrée dès que possible à partir de mars.

 *Préparation du stage en liaison avec l’IUFM : 3 jours de décharge pour les enseignants impliqués (cf.le dossier IUFM).

*Crédit d’encadrement ( suivi, recherche et évaluation ) : Une heure par semaine pour la recherche - action avec ParisX, attribuée à Jacques Pain, Directeur de recherche et Marie-Anne Hugon, professeur de sciences de l’éducation. Soit deux heures par semaine de formation rétribuées en recherche-action, pour le suivi de la structure, la recherche pédagogique et l’évaluation de ces recherches avec l’équipe.

*une journée - stage avec un groupe du Réseau d’échanges des Savoirs.

 

Durant l’année 2002 :

 

*une heure de formation continue de l’équipe enseignante, pour la consolidation de la réflexion théorique : développement du projet philo, liens avec les réflexions épistémologiques dans toutes les disciplines en interdisciplinarité…)

*Crédit d’encadrement pour deux heures par mois pour chaque professeur de Paris X, assurant le suivi et l’évaluation et une heure par semaine pour les professeurs de la structure.

*Crédit d’encadrement du projet attribué aux Réseaux d’Echanges des Savoirs pour former les professeurs de la structure aux principes du réseau d’échanges de savoirs. (à déterminer).

 

 

Annexes (non terminé).

 

Base de travail en philosophie. (projet de questionnaire).

Historique du projet.
Bibliographie. ( Pédagogie. instances officielles. textes officiels.)

Adresses utiles. (cnirs. mouvements pédagogiques. autres établissements innovants.)

 

 

 

D.E.C.L.I.C. - Edition  février 2002.

Développement Expérimental de Collège -Lycées d’Initiative Citoyenne.

39, rue Girardot 93170 Bagnolet

e -mail : declic93@hotmail.com. Site Web : http://www.multimania.com/declicc93

Boite vocale et fax : 01 43 63 89 35

 

retour à la page précédente