ASSOCIATION "POUR UNE ÉCOLE CRÉATRICE D'HUMANITÉ"

ASSOCIATION "POUR UNE ÉCOLE CRÉATRICE D'HUMANITÉ"

Groupe de Travail "Etablissement Pionnier"

Texte final: Etapes 1 et 2

Rédaction adoptée par le groupe de travail

(votée en séance du 30/11/2000)

___________________________________

 

Pour un établissement “ pionnier ”

 

Notre projet d’établissement pionnier s’inscrit dans les perspectives tracées par le manifeste de Marie Danielle Pierrelée “ Pour une école créatrice d’humanité ” lancé en février 2000.

Après avoir dressé le constat des dysfonctionnements révélateurs de la crise profonde  du système éducatif: non maîtrise des apprentissages essentiels après dix ans d’école obligatoire pour un nombre important d’élèves, maintien des inégalités scolaires, refus de l’école et souvent ennui d’apprendre, extension des situations de violences ces dix dernières années ….. Marie Danielle Pierrelée demande dans un manifeste :

 

1 “l’ouverture d’un débat national large et ouvert pour refonder les objectifs de l’école”

2 “La transformation d’établissements publics ordinaires en établissements pionniers avec des équipes d’enseignants volontaires pour travailler autrement”

ces établissements doivent s’inscrire dans le cadre public de l’Education Nationale. Ils visent d’emblée à inventer, à mettre à l’épreuve, en grandeur réelle et en situation ordinaire, des formes organisationnelles et pédagogiques qui reposent sur un projet éthique fort, qui a vocation à essaimer le système éducatif.

3 “La création d’un organisme public d’évaluation indépendant du Ministère de l’Education Nationale, chargé d’obtenir, d’analyser, de diffuser les résultats obtenus par les établissements scolaires, qu’ils soient pionniers ou non”.

 

LES FONDEMENTS DU PROJET

Principes généraux

                La transformation de l’Ecole est une question résolument politique, au sens de “ vie commune dans la cité ” visant au “ Bien Commun ”, appréhendée à travers les principes et les valeurs de la République et de la Démocratie. Elle ne peut être séparée du projet de société qu’entendent inspirer ces valeurs et que nous voulons promouvoir..

                A ce titre, elle n’est pas l’ affaire des seuls  spécialistes ou professionnels de l’éducation, mais de l’ensemble des citoyens. Elle est un enjeu du débat public. Et dans ce débat nous voulons être présents pour réfléchir et infléchir la décision politique, car la mise en place d’établissements pionniers ne peut avoir une chance de se réaliser sans une forte volonté politique pour les impulser et les soutenir.

                Signataires du manifeste nous nous sommes regroupés dans une association dénommée : “Pour une Ecole Créatrice d’Humanité”. L’humanité est ici promue notion éthique fondamentale et fondatrice de tout projet éducatif scolaire. Elle renvoie à la prise en compte de la dimension Homme et Citoyen chez l’élève. Ce fil conducteur suppose une transformation radicale de la relation de l’individu singulier à son environnement. Il devra nécessairement relier de façon constante, et sans cesse à approfondir: la dimension politique, les modes de fonctionnement et d’organisation, les rapport sociaux à l’école et les pratiques pédagogiques.

Redéfinir des missions claires et cohérentes …

                Pour contribuer à accomplir la République et la Démocratie dans l’exigence des principes formulés dans le triptyque: Liberté, Egalité, Fraternité, les établissements pionniers ont à reformuler et à faire vivre les objectifs et missions assignés à l’école. Dans leur formulation et dans leur mise en œuvre actuels, ceux-ci se présentent comme un catalogue général d’intentions juxtaposées, susceptibles d’interprétations diverses :  nous vivons actuellement les incertitudes et les confusions issues de cette situation.

 

Qui saurait dire quelle idée directrice organise les quatre objectifs assignés à l’école par la loi d’orientation de juillet 1989 (instruire, développer la personnalité, exercer la citoyenneté, former en vue d’une insertion sociale et professionnelle) ?

 

Quels enseignants pourraient dire avec certitude quel est le minimum commun qu’ils partagent avec leurs collègues pour donner à penser qu’ils travaillent dans la même institution ?

 

Que veut on apporter comme formation dans une société dominée par “le marché”,  où apprendre ne signifie pas entrer dans une aventure personnelle et intellectuelle fondatrice d’humanité, mais se lancer, dès la maternelle, dans une course après des savoirs le plus souvent extérieurs à l’élève, faute de sens, destinés à le faire accéder à des diplômes dûment hiérarchisés. Cette compétition, avec ses gagnants, ses perdants et ses exclus, est par ailleurs contradictoire avec la “promesse démocratique” de “réussite scolaire pour tous”, au nom de ce qu’on appelle “l’égalité des chances”.

 

Que signifie “développer la personnalité”, quand la dimension intellectuelle de la personne est quasiment la seule qui soit prise en compte dans les évaluations, examens et concours. Comment, dans ces conditions, prétendre sérieusement développer les dispositions à la sensibilité, à la relation, à la sociabilité et à l’éthique, dès lors que chacun se rend compte qu'elles sont en fait exclues de la notion de “Réussite scolaire” ?

 

Comment vouloir “éduquer à la citoyenneté” quand les droits des enfants, dûment énoncés dans la Convention Internationale des Droits de l’enfant (ratifiée par la France en 1990), ne sont pas appliqués dans la classe, sinon à la marge ? Ces droits, et les devoirs afférents à ces droits, énoncent pourtant des “pouvoirs” de citoyenneté, véritable formation à un “vivre ensemble”, susceptible d’humaniser tout projet d’enseignement, de la maternelle à l’université.

 

... pour une éducation scolaire humanisante.

                Pour parvenir à cette cohérence des objectifs et à leur réalisation, les établissements pionniers, comme tout établissement qui s’associerait à cette éthique, devraient être guidés par :

1- La recherche de l’épanouissement de chaque élève dans la globalité des dimensions de sa personnalité, unique et singulière, sans créer, comme le fait actuellement l’école, des hiérarchies prématurées et artificielles à l’intérieur de chacun (les savoirs intellectuels destinéss à faire “ réussir ” à l’école ne sont pas, loin s'en faut, les seules preuves d’intelligence).

2 - La formation des élèves au jugement critique. En apprenant à penser par eux-mêmes, ils se libérent des conditionnements éducatifs et sociaux qui les condamnaient à n’être que des “adaptés” perpétuels.

3 - La laïcité, comme principe fondamental d’ouverture aux autres, de refus de tous les regards d’exclusion et de soumission à tous les dogmes, quelqu’ils soient.

4 - La formation à la citoyenneté à travers la connaissance, et surtout la pratique, des valeurs de Coopération, de Solidarité et de Fraternité. Ces valeurs et, notamment la Fraternité, devraient introduire chaque enfant dans sa dignité de “Personne” et de “Citoyen” qu’il est et deviendra.

 

Ainsi défini dans ses objectifs, l’établissement pionnier développera des pratiques en rupture avec celles  de la plupart des établissements de l’Education Nationale, et cela dans tous les domaines :

-   I: Dans la gestion même de l’établissement, où le pouvoir sera effectivement assuré par l’ensemble des acteurs (administration, élèves, enseignants, parents …).

- II: Dans la relation de l’établissement à son environnement : l’établissement pionnier n’est pas un sanctuaire, il est partie prenante de la vie démocratique du territoire où il se situe.

- III: Dans son fonctionnement pédagogique où le respect mutuel, la reconnaissance de l’autre, les valeurs de coopération et de solidarité, seront mis en avant.

 

 


LES PRINCIPES D'ORGANISATION

Un établissement du secteur public de l'Education Nationale

L'établissement respecte les missions qui lui sont légalement confiées dans le cadre du secteur public de l'Education Nationale. Il s'attache à ce que ses élèves puissent, au terme de leur cursus, poursuivre des études dans un établissement public de niveau supérieur. Il s'attache de la même manière à ce que des élèves qui seraient amenés à intégrer ou quitter l'établissement en cours de cursus puissent poursuivre sans difficultés leurs études.

Un établissement ouvert à tous

L'établissement a vocation à accueillir, sans discrimination, ni sélection tous les élèves de son secteur dans le cadre des règles habituelles de la sectorisation .

Il s’engage à travailler avec les écoles primaires et les partenaires de son secteur pour faire connaître, expliquer et partager le projet aux parents et aux enfants

Un établissement engagé dans un projet global, évolutif et piloté collégialement

L'établissement s'engage dans un projet d'innovation global et évolutif en mettant en place, tant pour les élèves que pour les adultes, des formes adaptées d'organisation du travail et de la vie scolaire.

Il s'attachera au fil des années à réorienter si besoin son projet pédagogique initial pour lui permettre de demeurer un établissement réellement ouvert à tous.

Tous les adultes engagés dans la mise en œuvre de ce projet doivent pouvoir se sentir acteurs à part entière de l'histoire collective de l'établissement et en particulier de l'évolution du projet pédagogique initial.

Ceci implique la mise en place, au même titre que l'organisation pédagogique du cursus des élèves, de modes différents d'organisation du travail des adultes au sein de l'établissement. Ceci implique également, en dérogation au cadre légal actuel, de redéfinir partiellement  le rôle et les attributions du conseil d’administration.

Cette nouvelle organisation devra assurer une réelle collégialité des prises de décision au sein de l'établissement et devra assurer aux parents et aux élèves la possibilité d'une participation réelle à la vie de l'établissement ainsi qu'à la gestion et à l'évolution de son projet pédagogique.

Une équipe enseignante volontaire

Les enseignants qui exercent dans l'établissement le font sur la base du volontariat et en adhésion explicite avec les principes généraux définis par le projet. Ils s'engagent dans le projet en tant que membres d'un collectif de travail et non pas en tant que "praticiens libéraux". L'équipe enseignante ainsi constituée devra par ailleurs refléter une certaine diversité en termes de sexe, d'ancienneté et d'orientation pédagogique.

Un projet pédagogique

Le projet pédagogique s'appuie sur les principes suivants :

·                    assurer le respect de la liberté d'expression des élèves ;

·                    permettre réellement à chaque élève, tout au long de son cursus, de progresser dans les apprentissages scolaires fondamentaux ;

·                    favoriser à tous niveaux la coopération et l'entraide entre élèves ;

·                    permettre à chaque élève de participer de manière significative à la définition et à la mise en œuvre de projets dans des domaines variés (scolaires ou extra-scolaires) ; ceux-ci devront favoriser la mise en situation des élèves, en lien avec les apprentissages ;

·                    associer réellement les élèves à la vie de l'établissement, et en particulier à la vie scolaire et à la régulation du projet pédagogique.

La mise en œuvre de ces principes se fera en rupture avec le système traditionnel de découpage du cursus en classes d'âge.

Le descriptif qui suit n'est qu'une mise en œuvre possible de ces principes . Il appartiendra à chaque équipe pédagogique, en fonction de sa nature, de la taille de l'établissement et du secteur d'implantation, de définir, en relation avec les parents, le type précis d'organisation pédagogique qu'elle souhaite mettre en œuvre.

voir la page suivante : volet pédagogique du projet

retour à la page précédente