Bientôt la rentrée :

Rentrée scolaire 2006 :

Pour le Cours Préparatoire, le grand dilemme !

--------------

Rachel Cohen*

Docteur d’Etat en Sciences de l’Education,

 

Le 10_08_06

 


Beaucoup d’entre nous sont restés pantois devant les nouvelles directives du Ministre de l’Education Nationale concernant l’apprentissage de la lecture ! Quoi, reviendrons-nous en arrière d’un siècle ?

Quelle est donc la profession qui ferait une telle démarche ?

Cela sans tenir aucun compte ni des réussites sur le terrain en France et ailleurs, ni des recherches très sérieuses et si nombreuses menées en Europe et  dans le monde,  recherches  non seulement sur le plan de l’apprentissage de la lecture mais aussi sur le plan du développement linguistique, cognitif et neurologique de l’enfant.

 

Et sans tenir compte, non plus, des conditions nouvelles créées par l’apparition et l’intégration des technologies de l’information et de la communication qui modifient radicalement nos pratiques quotidiennes et nos stratégies pédagogiques !!!

 

Les nombreux courriers et démarches de personnalités éminentes telles que celle en date du 14 décembre 2005 de Monsieur le Professeur Gaston Mialaret, mondialement connu, Professeur Honoraire de l’Université de Caen, Docteur Honoris Causa  de 16 universités étrangères, ni celle d’enseignants le 17 mars 2006 ( parmi tant d’autres), qui invitaient Monsieur le Ministre à venir dans leurs classes pour constater que leur enseignement « marche » et  « qu’il existe d’autres méthodes que le B.A-BA », ni les suggestions ( car, certes il y en a eu !) de certains  conseillers du Ministre, n’y ont rien fait !

 

Eh bien,  nous y voilà ! «  l’apprentissage de la lecture passe par le décodage et l’identification des mots et par l’acquisition progressive des démarches, des compétences et connaissances nécessaires à la compréhension »… « Le cours préparatoire est le temps essentiel de cet apprentissage »… « Les maîtres s’attacheront particulièrement à un apprentissage du décodage et de l’identification des mots… » ( Programmes d’enseignement de l’école primaire, B.O N° 13, du 31 Mars 2006) !


 

 Ce qui suppose que :

 

·          la motivation, l’envie de découvrir un nouveau texte signifiant, fonctionnel, répondant aux intérêts de l’enfant, sont ignorées….

 

De plus, RIEN sur les TIC, ( Technologies de l’Information et de la Communication), pourtant omniprésents dans l’environnement actuel de tous les enfants, et dont les études montrent l’efficacité et l’importance non seulement dans le développement de la lecture mais aussi dans le développement mental de l’enfant !!!

 

 

¨¨¨

 

Qu’il nous soit  permis de donner un autre exemple d’approche pédagogique qui lui, intègre tous les éléments cités plus haut.

 

 Il s’agit d’échanges par internet d’enfants de l’école maternelle et élémentaire, organisés par un ensemble d’enseignants et chercheurs au sein d’une Association, Loi 1901: « Mini Web, Multilingue, Maxi apprentissages »,.dite MMM.

 

L’approche de MMM, sa stratégie, ses succès

Créée en 1999 avec quatre classes volontaires, cette association compte maintenant environ 10 pays, 1500 enfants utilisant quatre langues selon les cas.

MMM organise et anime ces échanges internationaux :

-          entre classes d’enfants de 3 à 8 ans qui utilisent les TIC pour communiquer, approcher et développer langages écrit et oral et découvrir d’autres cultures et d’autres langues ;

-          entre enseignants qui partagent leurs expériences et développent des projets pluridisciplinaires avec des partenaires étrangers.

 


Dans les classes maternelles, il importe de forger très tôt, des attitudes, des comportements de lecteur, des stratégies d’exploration et de découverte : compétences essentielles dans la maîtrise future du langage écrit que chaque enfant atteindra à son rythme.

 

Il nous faut considérer « lire » et « écrire » comme une forme d’acquisition du langage (cf R. Söderbergh), même si les supports et les codes sont différents.

Ainsi, acquérir le langage écrit, c’est acquérir un nouveau langage : sa fonction principale est la communication, ce qui signifie l’échange de messages significatifs, compréhensibles par d’autres.

Comme un jeune enfant découvre le langage oral, il découvre le langage écrit en l’utilisant dans des situations familières, quotidiennes, des situations qui lui sont propres et chères et qui utilisent des mots et des phrases appartenant à son environnement immédiat, et à sa vie quotidienne.

Il ne s’agit pas d’une « méthode » mais d’une approche naturelle, dynamique et fonctionnelle du langage écrit, basée sur la compréhension, comme l’a été l’entrée dans le langage oral, intégrant une pluralité d’accès, utilisant à la fois une démarche sémantique et/ou phonétique et dans laquelle le facteur affectif est  présent.


 

La correspondance par Internet est  donc une approche  de l’écrit basée sur la motivation, et la compréhension.

La découverte et l’acquisition du langage écrit par des jeunes enfants avec d’autres enfants, suit les mêmes lignes de force que celles de la langue orale : les modes d’exploration s’enrichissent et se diversifient avec l’âge des enfants et leurs acquis, les sujets sont choisis par les enfants selon leurs intérêts dans le quotidien de leurs vies.

Le plaisir et la joie des enfants, le résultat de leurs performances, quels que soient les pays, les milieux socio-économiques, les langues, prouvent bien que ce sont là des activités parfaitement adaptées à leurs âges et à leurs besoins d’expression et de communication…

Pourquoi les TIC ? (Technologies de l’Information et de la Communication)


Il n’existe pas un âge plus favorable qu’un autre pour permettre à un jeune enfant de « jouer » avec un ordinateur, activer les touches du clavier afin d’en observer les effets. Mais ce n’est pas parce qu’un ordinateur est placé dans la classe (même déconnecté) que cela produira des effets dans l’apprentissage ou l’évolution des enfants: l’activité de l’adulte, les stratégies pédagogiques mises en œuvre sont essentielles.

 

Les ordinateurs ne sont pas des outils nouveaux pour enseigner de manière traditionnelle mais des outils puissants qui ouvrent de nouvelles voies d’apprentissage, fondées sur l’exploration et la créativité, le travail personnalisé ou en groupe, le partage des connaissances et la collaboration entre apprenants d’âges différents.

 

 Ces travaux peuvent commencer dès le plus jeune âge et permettent aux enfants de construire leurs connaissances de manière ludique.

Dans le processus de découverte du langage écrit, la correspondance interscolaire par Internet est une situation privilégiée.

Elle est très motivante pour les enfants: non seulement les échanges rapides suscitent la curiosité et l’envie de lire et d’écrire, mais ils font prendre conscience à l’enfant de la fonction de l’écrit comme mode de communication. De plus, la construction et la réception des messages élaborés  par toute la classe, constituent un terrain précieux pour la découverte et l’acquisition et l’enrichissement du langage tant oral qu’écrit.

Enfin, rappelons, la possibilité, même pour les très jeunes enfants, d’écrire et de recevoir des messages, clairs, lisibles par tous, d’effacer sans avoir peur de l’erreur, et la possibilité du travail en équipe par le fait que plusieurs enfants peuvent collaborer devant un écran, ce qui est un facteur important d’échanges et d’apprentissage.…


 

MMM  constitue ainsi le premier pas conduisant nos enfants aux compétences qui leur seront nécessaires dans la société de la connaissance qui les attend et qui s’établit  à grands pas aujourd’hui.

 

 

En conclusion,

 

Il serait trop facile d’incriminer UNIQUEMENT les méthodes de lecture pour expliquer le taux toujours si élevé des «  non-lecteurs » dans notre pays ( dont le taux reste inchangé depuis les statistiques de 1975 !!) : il faudrait aller bien plus loin …

 

Et le travail  fructueux et positif de MMM, comme celui de tant d’équipes sur le terrain, montrent qu’il y a bien d’autres solutions que le retour au B.A_BA  et bien d’autres chemins qui mènent plus sûrement à l’égalité des chances, car, ne l’oublions surtout pas,  « tous les enfants sont des surhommes en potentiel », comme le dit si bien A. Jacquard!

 

 

 

Pour plus d’informations sur MMM : écrire à : mmm.secretariat@wanadoo.fr ou consulter le site : http://www. mmm-ec.org( à partir de septembre 2006)

 

 

 

* NOTICE BIOGRAPHIQUE

 

Docteur d'Etat en Sciences de l'Education en fonction à l’Université Paris-Nord jusqu’en 1992, Rachel Cohen a commencé sa carrière comme institutrice d'Ecole Maternelle..

 

Elle a dédié toute sa vie professionnelle à comprendre et à développer les potentialités latentes existantes chez tous les jeunes enfants, sans distinction de milieux socio-économiques, nationalité, langue maternelle, dans une perspective de prévention de l'échec scolaire et de l'illettrisme. Elle a prouvé , avec de très nombreuses équipes sur le terrain, en France comme dans d’autres pays, que TOUS les enfants sont capables de réussir, à condition que soit mise en place, dès le plus jeune âge, une pédagogie permettant à chaque enfant de développer toutes ses fabuleuses capacités intérieures.

 

Convaincue des possibilités des tout petits, elle a expérimenté les effets des apprentissages les plus divers : langue seconde, bilinguisme, concepts mathématiques , et surtout découverte et construction du langage écrit avant six ans . Depuis, 1980, elle a exploré, avec diverses équipes, en différents milieux, les horizons qui s'ouvrent grâce à l'apport des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), toujours dans la perspective de l'épanouissement de l'enfant et le succès scolaire, ce qui est le prélude au succès dans la vie.

 

Ses actions et ses recherches, sont publiées dans une dizaine d’ouvrages, fréquemment réédités, traduits en plusieurs langues et sont pour la plupart, le fruit de la collaboration de diverses équipes sur le terrain. Elle a aussi publié  de très nombreux articles parus dans des revues scientifiques françaises et étrangères.

 

Le 27 Janvier 2005, elle a été promue au Grade de Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques, distinction qui « consacre un engagement remarquable au service de l’Education Nationale ».

 

http://perso.wanadoo.fr/rachel.cohen

 

retour à la page d'accueil